Elle aime le théâtre et l'opéra

Une séparation, de Véronique Olmi

10513232543_582a515fa8_o

 

Cela va vite, une séparation. Il suffit d’un mot pour défaire des mois, des années d’amour, c’est comme dynamiter sa maison, on craque une allumette et tout s’effondre. Étrange que ce soit si simple de se quitter. Étrange qu’il n’y ait de procédure que pour les gens mariés. Pour nous deux, une lettre et c’est déjà beaucoup. Un coup de fil, un mail, un silence auraient suffi. Notre séparation… Un peu de vent à la surface du sable. Un volet qui claque. Un rêve qui meurt. Trois fois rien. C’est fini.

Une Séparation est la dernière pièce de Véronique Olmi qui, après une lecture au Festival de la Correspondance de Grignan en 2009, vient d’être créée au théâtre des Mathurins. Une pièce bien étrange, sous forme d’un échange épistolaire, sur un sujet universel : la séparation.

Un matin, Paul trouve une lettre dans laquelle Marie, la femme qu’il aime, lui annonce qu’elle le quitte. Il n’a rien fait de spécial, pas commis de geste irréparable, simplement elle estime que leur couple s’est usé, et elle ne veut plus d’une relation fondée sur l’habitude. Tout pourrait s’arrêter là, mais Paul se rebelle : il aime Marie, et veut à tout prix maintenir le dialogue. Il lui écrit, elle répond…

Il y a dans cette pièce de magnifiques passages sur l’amour, la séparation, le couple et ce qui l’use, entraînant le désamour. Deux visions s’opposent, celle de l’homme pour qui aimer quelqu’un, c’est aussi accepter ce quotidien, et celle de la femme qui voudrait que la passion ne s’éteigne pas. Alors c’est elle qui part, comme souvent. Aucun des deux n’a raison, et ils ont raison tous les deux, finalement. Ils s’appellent Paul et Marie, mais ils sont des personnages universels et pourraient tout aussi bien ne pas porter de prénom tant on se retrouve tour à tour dans l’un et dans l’autre. C’est une pièce très écrite, dont la lecture se savoure, et je serais assez curieuse de voir comment elle passe la rampe, car je me demande si elle n’y perd pas en saveur. Mais c’est, en tout cas, une très belle pièce, qui m’a beaucoup émue même si la fin m’a laissée perplexe.

Une Séparation
Véronique OLMI
Albin-Michel, 2013 (Triartis, 2009)

Lu par Mango, Canel

(28 commentaires)

  1. J’ai encore un livre de Véronique Olmi dans ma PAL, mais après, pourquoi pas, histoire de découvrir l’aspect théâtre de son talent… sur un sujet qui forcément, ne m’est pas inconnu !

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s