Elle se fait des films

La Belle et la Bête, de Jean Cocteau

affiche

L’enfance croit ce qu’on lui raconte et ne le met pas en doute. Elle croit qu’une rose qu’on cueille peut attirer des drames dans une famille. Elle croit que les mains d’une bête humaine qui tue se mettent à fumer et que cette bête en a honte lorsqu’une jeune fille habite sa maison. Elle croit mille autres choses bien naïves.
C’est un peu de cette naïveté que je vous demande et, pour nous porter chance à tous, laissez-moi vous dire quatre mots magiques, véritable « Sésame ouvre-toi de l’enfance » : IL ÉTAIT UNE FOIS…

Il était une fois… un marchand veuf et à demi ruiné par la perte de ses bateaux qui vivait dans un manoir avec ses quatre enfants : son fils Ludovic et ses trois filles Félicie, Adélaïde et Belle. Cette dernière, qui a été réduite à l’état de servante par ses sœurs, égoïstes et prétentieuses, est courtisée par Avenant, qu’elle refuse d’épouser car elle ne veut pas se séparer de son père. Au retour d’un voyage, le marchand s’égare dans la forêt et pénètre dans un château étrange, où on lui sert à manger mais dont il ne voit pas le maître. En partant, il cueille pour Belle, qui lui avait demandé de lui en rapporter une, une rose dans le jardin. Le propriétaire apparaît alors. C’est un monstre qui le condamne à mourir, car les roses sont dans ce château la seule chose qui soit interdite. Il mourra, donc, à moins qu’une de ses filles ne vienne prendre sa place au château. Belle se sacrifie pour le sauver. Elle se rend au domaine de la Bête et découvre que le monstre a un cœur.

C’est par ce film que j’ai découvert le conte de la Belle et de la Bête ; je devais avoir sept ou huit ans, pas plus, et il m’avait tellement marquée que je me souvenais avec exactitude de la fin, et que quelques images étaient restées gravées en moi. Je ne l’avais pas revu depuis, et c’est avec beaucoup de bonheur et un brin de nostalgie que j’ai redécouvert ce chef d’oeuvre de poésie et de beauté, sombre et inquiétant, bien loin de Walt Disney et de l’adorable petite tasse qui virevolte. Tout est parfait : chaque plan est d’une minutie extraordinaire, les trouvailles se multiplient à chaque minute, toutes plus poétiques les unes que les autres, tissées de symbolisme et de références aux autres contes. Jean Marais est fabuleux, montre toute l’étendue de son talent en jouant trois rôles (en revanche je ne suis pas excessivement convaincue par le jeu de Josette Day). Le film n’hésite pas à mélanger les registres, mêlant quelques traits d’humour au fantastique. Et puis, c’est surtout une histoire d’amour pur, absolue et totale.

Un magnifique film donc, un poème en images, à voir et à revoir à tous les âges !

La Belle et la Bête
Jean COCTEAU
France, 1946

A l’occasion du cinquantenaire de la disparition de Cocteau, la cinémathèque propose une exposition jusqu’au 2 mars 2014, assortie de quelques projections ! Je vous en reparlerai sans doute !

Le musée des lettres et des manuscrits consacre également, jusqu’au 23 février, une exposition au poète et s’intéresse notamment à la genèse du film, avec le manuscrit autographe avec 8 pages de dessins originaux, un album de 89 photos de plateau et l’affiche du film (là encore, je vous en reparlerai certainement)

15 comments on “La Belle et la Bête, de Jean Cocteau

  1. Jean Marais est superbe dans ce rôle. Un beau film… costumes, décors… du rêve !

    J'aime

  2. Je suis tombée par hasard sur la fin de ce film. Quand on a pas suivi, c’est plutôt difficile de comprendre ce qu’il se passe (lorsqu’Avenant — apparemment — tombe et se transforme) … Du coup, je me le regarderais bien depuis le début, histoire de ne pas rester sur une impression comme celle-ci. Très joli article :).

    J'aime

  3. Un très beau film mais je trouve qu’il a vieilli quand même aussi… J’ai revu la fin et le début mais tout de même, je me le regarderais bien à nouveau en entier ;0)

    J'aime

  4. papilloteleblog

    comme toi, j’ai découvert ce film à 7 ou 8 ans, et j’ai été fascinée. ma nièce a le même âge, j’ai insisté auprès de mon frère pour qu’il lui montre : »bah, c’est en noir et blanc, elle va jamais regarder ça » il n’a même pas essayé… je suis pourtant sûre que ça lui aurait plu !

    J'aime

  5. comme j’étais contente de le revoir cette semaine…je l’avais vu à l’école primaire, et je me souvenais de la scène de la robe qui change en passant une porte. L’actrice principale ne m’a pas vraiment convaincue par contre…

    J'aime

  6. Vu il y a plusieurs années, j’en garde également un bon souvenir !

    J'aime

  7. Ping : Paris, suivi de notes sur l’amour, de Jean Cocteau | Cultur'elle

  8. Ping : Le musée des lettres et des manuscrits | Cultur'elle

  9. Ping : Peter Pan, de P. J. Hogan | Cultur'elle

  10. Ping : La Belle et la bête, de Bill Condon | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :