Elle lit des romans

Pourvu qu’elle soit rousse, de Stéphane Rose

10018689833_fed4776a4b_o

Je suis en train d’écrire un livre sur cette fascination que la rousseur m’inspire. Il y est question d’un homme qui un jour rencontre une rousse, et dont les vies sexuelle, sentimentale, affective et sociale s’en trouvent passablement ébranlées. Soucieux de ne pas tomber dans l’autocomplaisance narcissique, ma démarche n’est pas de me limiter à l’exposé de mes propres ressentis, mais à les cadrer dans un contexte sociologique, historique, artistique, englobant toutes les vérités possibles relatives aux rousses : l’opprobre qu’elles ont suscité dans l’histoire, la fascination qu’elles ont exercée sur certains artistes, l’embarras qu’elles inspirent encore et toujours aux esprits les plus conformistes et manichéens… Et, en fin de liste, le désir qu’elles m’inspirent.

Les rousses ont depuis toujours hanté l’imaginaire masculin. Sulfureuses, volcaniques, incandescentes, elles sont entourées d’une aura de scandale et de danger qui fascine aussi bien les peintres que les écrivains, et s’est attiré les foudres de l’Inquisition, qui a longtemps considéré la chevelure flamboyante comme une marque d’un commerce coupable avec le démon. C’est dans ce sillage que s’inscrit Stéphane Rose avec ce livre qui tient à la fois du récit, de la confession et de l’essai.

Pourvu qu’elle soit rousse est l’histoire d’une obsession. Séparé d’Anaïs, sa première rousse, le narrateur cherche compulsivement à retrouver une part de ce qui faisait pour lui l’essence de sa compagne : sa rousseur. Il s’inscrit alors sur Meetic et commence à collectionner les femmes comme l’entomologiste les papillons. Avec certaines, il ne fait qu’échanger des messages, d’autres le renvoient paître en le traitant de malade, d’autres enfin couchent avec lui. Peu importe leur âge, leur corps, il les veut bien toutes. Toutes, pourvu qu’elles soient rousse.

Je dois avouer à ce stade que ce récit m’a laissée plutôt perplexe, et que je serais bien en peine de dire si j’ai aimé ou non, car en fait c’est beaucoup plus perplexe que ça : les divers aspects de ma personnalité ont apprécié à des degrés divers les différentes facettes de cet ouvrage. D’un point de vue intellectuel, c’est plutôt réussi, et j’ai vivement apprécié les passages autoréflexifs sur ce que l’auteur convient d’appeler une névrose, ou encore sur l’écriture. Très cultivé et érudit, l’auteur propose en outre de nombreux passages sur la rousseur elle-même, dans la littérature, les arts, la médecine ou l’histoire, et tout cela est véritablement passionnant, même si le sujet n’est pas non plus d’une originalité folle.

Néanmoins, toujours d’un point de vue intellectuel, certains passages m’ont mise mal à l’aise, car j’ai souvent eu l’impression que l’auteur considérait qu’il y avait bien une essence de la femme rousse, sexuellement insatiable et dégageant réellement cette odeur dont j’avais toujours considéré qu’elle était un mythe ; du coup, on a franchement l’impression que la femme est, dans ces pérégrinations érotiques, réduite a un pur objet qui n’aurait qu’une seule caractéristique : être rousse. Et c’est bien là le nœud du récit, puisque comme l’avoue l’auteur à la fin, ce qui n’était qu’un goût devient pathologique. Mais j’ai trouvé que l’auteur ne profitait pas assez du dispositif rétrospectif pour prendre ses distances avec son moi de cette période obsessionnelle, et qu’au contraire par moments (nombreux) l’identification était totale. Je vais prendre comme exemple un passage qui m’a franchement agacée : une longue diatribe contre les fausses rousses. Alors par honnêteté, je précise qu’en ce moment je suis « cuivré intense » et que par conséquent je me suis sentie directement visée. En fait, l’auteur postule (au présent d’actualité, donc cette théorie est supposée être toujours son opinion au moment où il écrit) que si une femme se teint les cheveux en roux, c’est en quelque sorte pour « voler » le côté sulfureux des vraies rousses, et leur reproche de ne pas aller jusqu’au bout de leur démarche en ne teignant pas aussi tout le reste. Et il a cette phrase absolument extraordinaire : « Quand l’ancienne châtaine teinte en rousse se retrouve nue face à son partenaire sexuel avec une chatte châtaine, à qui convient-il de faire l’amour, à la rousse ou à la châtaine ». J’avoue que j’en suis restée pantoise, car je ne savais pas qu’on faisait différemment l’amour à une femme en fonction de sa couleur de cheveux. Disons que dans ce passage, il y a vraiment l’affirmation de l’idée que l’identité est dans la couleur des cheveux, alors que cette différence elle est surtout dans le regard d’autrui : les femmes rousses ne sont pas plus sensuelles que les autres, à la base, c’est juste que les hommes les regardent comme telles ; je suis la même femme en châtain et en rousse, par contre, en effet les hommes ont tendance à être plus collants (oui parce que l’homme lambda ne fait pas la différence entre vraie rousse et fausse rousse ; l’homme lambda s’en fout, en fait ; en même temps je fais bien illusion : j’ai les yeux verts, la peau claire et des tâches de rousseur).

Bref, voilà pour le côté intellectuel. Passons maintenant, très rapidement, au côté animal et érotique, qui n’a pas eu le moindre effet sur moi. Bon, déjà j’ai trouvé cette obsession un peu triste, finalement. Disons que je comprends parfaitement qu’on soit plus attiré par tels ou tels traits physiques, mais qu’on en fasse une condition sine qua non, je trouve ça un peu bizarre. Et puis surtout, il faut bien avouer, l’ensemble est écrit d’un point de vue exclusivement masculin, donc peu susceptible de titiller mon imaginaire. D’où l’effet zéro.

Bref, un ouvrage que je conseillerai quand même aux curieux : il est plutôt bien écrit même si certains passages sont très crus, non dénué d’humour et dans l’ensemble plutôt lucide. Une curiosité, on va dire…

Pourvu qu’elle soit rousse
Stéphane ROSE
Archipel, 2010 (La Musardine, 2013)

L’avis de Stephie, positif même si assez différent du mien

64652259_pBy Stephie

25 comments on “Pourvu qu’elle soit rousse, de Stéphane Rose

  1. Je suis contente de lire ton avis sur ce bouquin un peu en marge, il faut le dire. Néanmoins, il ne cache pas que ce qu’il est écrit est très personnel et participait d’une obsession qu’il pouvait avoir à une époque donnée. Très chouette article en tout cas

    J'aime

  2. Ping : Le premier mardi, c’est permis (30) – Mille et une Frasques

  3. Aujourd’hui, c’est récré ! Même si je le lirai pas, je m’amuse à parcourir les billets de ce jour…

    J'aime

  4. Particulier j’imagine aisément… mais je l’ai reçu aussi grâce à Stephie, sûrement une prochaine lecture pour un mardi donc ! 😉

    J'aime

  5. Je crois que je ne suis pas assez curieux pour me lancer dans une telle lecture…

    J'aime

  6. valmleslivres

    Pas tentée mais j’ai aussi une certaine fascination pour la rousseur. J’aurais rêvé être rousse.

    J'aime

  7. Ce livre fait également parti de mes projets inavouables de lecture pour un 1er mardi du mois…
    ton billet m’intrigue ! en tout cas, j’espère être agréablement surprise par la plume de l’auteur. Nous verrons bien ! 🙂

    J'aime

  8. Intrigant cette obsession … Très joli post en tout cas !

    J'aime

  9. lecturesmagazine

    J’ai commencé à lire ton billet attirée par le fait que ça pourrait être un titre à offrir à ma mère (qui est rousse, donc). Pour le coups, au vu de tes reserves et connaissant ma mère, je pense que je vais m’abstenir.

    J'aime

  10. Petit commentaire perso: j’aime la tendance rousse, pas vraiment pour la couleur en elle-même, mais parce qu’elle s’associe pour moi, à une douceur… confirmé par les taches de rousseur … j’adore… comme je l’ai écrit une fois: un parcours en étoiles..

    J'aime

    • C’est très beau !

      J'aime

      • Voila donc….

        « Sauter d’étoile en étoile »

        Au rayon de la douceur,
        Je reprends mes crayons,
        Et dessine un lion,
        Entre taches de rousseurs.

        C’est comme ces jeux d’enfants,
        Avec ces numéros qu’il faut relier,
        – Tu vas être mon atelier –
        Juste avec mon doigt d’amant.

        Il parcourt la poitrine,
        Les épaules et le dos,
        Je vais faire de ce cadeau,
        Une image, une figurine…

        Je saute d’étoile en étoile,
        En une nuit insomniaque,
        Se distinguent aussi, les signes du zodiaque,
        Qu’il faut que je dévoile.

        En joignant ces numéros,
        Pendant ton sommeil,
        Je compte tous ces soleils,
        ….C’est à même ta peau.

        J'aime

  11. Ping : Contes érotiques de Noël

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :