Elle lit des romans

Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit, de Jean d’Ormesson

9588869223_bf092b3204_oVoici pourtant encore un livre, quelle audace ! Voici encore un roman — ou quelque chose, vous savez bien, qui ressemble à un roman : des histoires, quelques délires, pas de descriptions grâce à Dieu, un peu de théâtre, pourquoi pas ? et les souvenirs, épars et ramassés pêle-mêle, d’une vie qui s’achève et d’un monde évanoui. Peut-être ce fatras parviendra-t-il, malgré tout, à jeter sur notre temps pris de doute comme un mince et dernier rayon ? Et même, qui sait ? à lui rendre enfin un peu de cette espérance qui lui fait tant défaut.

Il y a un poème d’Aragon, intitulé « Que la vie en vaut la peine », où il écrit  » C’est une chose étrange à la fin que le monde/ Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit ». De ces deux vers, Jean d’Ormesson a fait deux romans. Le premier, C’est une chose étrange à la fin que le mondeparu à la rentrée littéraire 2010, m’avait totalement illuminée, et c’est donc avec beaucoup d’impatience que j’attendais ce Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit, suite et en même temps pas vraiment du précédent.

Comment résumer ce qui est à la fois un livre-testament placé sous l’égide du Ta Panta Rei d’Héraclite, un inventaire du passé, le roman du monde, un exercice de philosophie et une déclaration d’amour, quelque chose entre les Mémoires d’Outre-Tombe de Chateaubriand et les Essais de Montaigne ?

On ne peut pas.

Mais ce n’est pas grave, car l’essentiel n’est pas là : de ce qui pourrait être le chaos, celui d’une pensée sautillante, sort la lumière. Dès les premières pages, le lecteur est ferré et son visage s’anime d’un large sourire. Car tel est Jean d’Ormesson : il parvient, tout de suite, à installer une connivence avec son lecteur, à qui il s’adresse directement, parfois. Ses secrets ? De l’humour, de l’érudition, un peu d’autodérision, tels sont les ingrédients de ce roman étourdissant où les chapitres virevoltent avec une énergie débordante, sur des sujets comme le temps, la science et l’histoire de l’Univers, Dieu, le hasard et la nécessité, et l’amour. Dans une langue savoureuse, ciselée, travaillée, l’auteur nous invite à ralentir un instant dans ce monde où tout va vite et où la littérature est peut-être en train de mourir, et à réfléchir avec lui sur ce monde, l’éternité figée  qui s’oppose au temps qui passe.

C’est, en tout cas, un livre qui fait du bien. Parce qu’il invite à réfléchir, parce qu’il apprend des choses, et puis, surtout, parce qu’il nous parle beaucoup d’amour, avec ce personnage de Marie, la femme aimée du narrateur, qui se penche sur ses écrits pour le questionner ou le contredire, Marie sans qui il ne serait pas ce qu’il est, Marie qui veut passer l’éternité avec lui. Et c’est ce qui rend ce petit livre, qui pourrait être pessimiste finalement, d’une grande gaieté, d’une grande légèreté, et en fait une invitation au bonheur.

Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit
Jean d’ORMESSON de l’Académie française
Robert Laffont, 2013

logorl2013
4/6
By Hérisson

14 comments on “Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit, de Jean d’Ormesson

  1. valmleslivres

    Je n’ai jamais lu Jean d’Ormesson!

    J'aime

  2. A l’image de l’homme… oui, je note. Ses rides et son regard primesautier me paraissent sympathiques à présent !

    J'aime

  3. Ton avis donne très envie de lire plus et de ne pas s’arrêter qu’au titre …

    J'aime

  4. Je ne suis pas fan du personnage mais pourquoi pas pour me réconcilier avec lui

    J'aime

  5. geraldinecoupsdecoeur

    Quel beau billet ! J’ai hâte de pouvoir m’y mettre ! Quelques urgences avant et des livres entamés à finir !

    J'aime

  6. D’Ormesson a du bol, parce qu’il est de droite, l’affiche, et tout le monde lui fiche la paix sans le traiter de nazi et personne ne va l’empêcher de faire sa promo, au contraire. Il a quand même dit cet hiver qu’il était pour le mariage homo des socialistes afin qu’ils ne se reproduisent plus ! et toute la presse solferinesque et la télé du Marais le courtisent encore ! Incroyable ! Il leur crache tous à la gueule !

    Je ne suis pas d’accord avec toutes ses déclarations d’ordre politique et surtout social (droite catho trop marquée, non merci !), et par ailleurs ses poses agacent un brin, aussi n’ai-je encore rien lu de lui, mais ton billet m’incite à faire un effort.

    J'aime

    • C’est clair que je ne suis pas du tout d’accord avec ses idées. Et pourtant, j’adore !

      J'aime

      • D’Ormesson ? c’est l’ésprit de 18 eme le bel ésprit
        je veux dire…. un homme de salon , il en a les qualités et les défauts.
        Le reste , ce qu’en pense la classe politique ,ceux qui sont pour ou contre je m’en moque infiniment mais il a déclaré avoir pleuré lors de la mort de Mitterand moi pas..
        il n’aime pas Hollande ? il n’est pas le seul .LOL
        J’aime beaucoup le lire et bientôt il ne dérangera plus personne

        J'aime

  7. aurorelina@hotmail.fr
    Bravo Mr jean D’ormesson

    J'aime

Répondre à L'Irreguliere Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :