Elle lit des romans

Plonger, de Christophe Ono-Dit-Biot

9567786531_ab443c06e4_oJ’ai écrit une quinzaine de lignes sur son travail, destinées à être publiées dans le prochain numéro du journal. Je sais ce que tu vas te dire, que je me sers de mon statut public pour des motivations privées. Je te rappelle seulement que dans le domaine de l’art, on aime toujours pour des motivations privées. Parce que les œuvres  qu’elles soient filmiques ou graphiques, remuent des choses en vous. J’ai intitulé mon article « Une femme, des rives ».

Plonger. C’est le titre de ce roman que nous offre en cette rentrée littéraire Christophe Ono-dit-Biot, responsable des pages culture du Point. Et c’est aussi le verbe qui correspond le mieux à l’expérience éprouvée par le lecteur. Une plongée dans un abîme. En apnée.

Tout commence par une naissance. Celle d’Hector, le fils du narrateur, auquel s’adresse le récit, pour quand il sera plus grand, pour qu’il comprenne, qui était sa mère, dont le corps vient d’être retrouvé, nu, sur une plage, loin de l’Europe. Un début, mais aussi une fin, celle d’un couple. Alors le narrateur raconte, déroule le fil de son histoire avec Paz, de leur rencontre, qui fut d’abord un coup de foudre puis un malentendu entre un critique artistique et écrivain parisien qui ressemble furieusement à l’auteur, et une jeune photographe espagnole surdouée, à la fin.

Ce roman, c’est donc d’abord la bouleversante autopsie d’une histoire d’amour. Comment, malgré tout, l’amour ne suffit pas toujours et peine parfois à résoudre les tensions entre Éros et Thanatos. Ces tensions, elles sont au cœur du malentendu initial, que l’on pourrait appeler contresens : Paz photographie des plages, et lorsque le narrateur les découvre, il y voit la vie, et c’est en ce sens qu’il rédige l’article qui lancera la carrière de la jeune photographe et, malgré tout, leur histoire d’amour. Mais Paz, elle, voit dans ses photos le chaos et la destruction. Erreur initiale, erreur fatale, mais qui ne sera pas le seul malentendu entre ces deux êtres qui s’aiment pourtant : César, le narrateur, a beaucoup baroudé et après avoir contemplé la mort de trop près refuse désormais de quitter l’Europe ; Paz, éprise de liberté, veut parcourir le monde. César veut un enfant, Paz est plutôt fascinée par les requins. Deux êtres donc aux aspirations contradictoires et difficilement conciliables ; ce n’est pas nouveau, c’est un thème récurrent, mais l’intéressant ici est que les rôles sont inversés. On a l’habitude des histoires où la femme ne rêve que d’un foyer stable et clos et l’homme de grand espaces. Ici, c’est le contraire, et c’est ce qui rend cette histoire d’autant plus bouleversante et riche de sens.

A travers cette déliquescence d’un couple comme on en voit beaucoup aujourd’hui, c’est aussi à une réflexion sur le monde contemporain et sur l’art que nous invite l’auteur, un monde qui à l’image du couple formé par César et Paz est lui aussi tendu entre pulsion de vie et pulsion de mort. La dégénérescence de la vieille Europe, repliée dans les splendeurs de son passé comme dans un cocon rassurant où la mort serait moins menaçante. Le reste du monde, jeune, dynamique, mais violent et dangereux, où la mort rôde à chaque instant. Où est la vie, où est la mort, en réalité ? Peut-être pas où l’on croit.

Entre les deux pulsions, le motif aquatique. Il symbolise la mort, avec la noyade et les requins. Mais aussi, et surtout, la vie : le liquide amniotique, le baptême, la purification d’une renaissance.

Dans une langue très belle, où affleure parfois la poésie mais émaillée, aussi, de traits d’humour parfois désabusés, l’auteur nous invite à plonger avec lui.

Un roman magnifique, d’une richesse incroyable, dont on n’a à mon avis pas fini d’entendre parler !

Plonger
Christophe ONO-DIT-BIOT
Gallimard, 2013

L’avis de Noukette, Leiloona

logorl2013
3/6
By Hérisson

coeurRL2013

22 comments on “Plonger, de Christophe Ono-Dit-Biot

  1. J’ai découvert et aimé cet auteur avec Birmane. Je l’avais repéré sur la rentrée et ton avis confirme mon intention de le lire. Mervi

    J'aime

  2. Je viens de lire le début de ton billet et hop ! je suis passée directement au formulaire… car je suis en plein dans ce roman. Qui me plaît beaucoup, beaucoup… Je reviendrai lire ton billet quand j’aurai terminé.

    J'aime

  3. Très tentant !

    J'aime

  4. valmleslivres

    Dès que je l’ai refermé, j’ai eu envie de me procurer Birmane, ce qui est fait. Quel beau roman!

    J'aime

  5. Tu en parles très bien. Je le découvre vraiment grâce à toi et le note dans les envies de la rentrée.

    J'aime

  6. Il faut que tu arrêtes de chroniquer autant de livres qui pourraient me plaire 😉

    J'aime

  7. geraldinecoupsdecoeur

    Bon, ben ne me reste qu’à plonger dans ton exemplaire !

    J'aime

  8. chatdunet

    Non, en littérature jeunesse les princesses ne croient plus aux princes charmants et la « littérature » contemporaine présente des femmes qui ont des carrières, des envies… mais surement pas pour seule ambition de rester au coin du feu ! Le livre est touchant car César l’est, il fait preuve d’humilité… mais notons aussi qu’il est lâche… Un beau livre, moderne…

    J'aime

  9. Effectivement, je reviens après avoir lu le livre et je comprends ce que tu as aimé. Tu en parles très bien même si je n’ai pas ressenti tout cela en le lisant.

    J'aime

  10. Ping : Bloc notes de rentrée | Cultur'elle

  11. Ping : Plonger, de Christophe Ono-Dit-Biot [concours] | Cultur'elle

  12. Ping : Désagrégé(e), de Christophe Ono-dit-Biot | Cultur'elle

  13. Ping : Croire au merveilleux, de Christophe Ono-dit-Biot | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :