Elle se fait des films

Cléopâtre, de Joseph Mankiewicz

Cléopâtre-

I’ve wasted so many, with so many men…

A l’origine, je voulais faire ma thèse sur Cléopâtre. « Cléopâtre figure historique et mythique, de Virgile à Mankiewicz », tel est le titre (qui en jette) que je projetais. Bon, ça ne s’est pas fait, mon directeur de recherches étant dubitatif sur l’intérêt du sujet. Reste ma fascination pour cette femme sur laquelle on a tant glosé, et en particulier pour ce film, épopée titanesque de quatre heures au budget colossal.

César vient de battre les troupes de Pompée à Pharsale. Pompée quant à lui a fui en Egypte, où César le poursuit, espérant au passage mettre un peu d’ordre dans la guerre qui oppose le roi Ptolémée et sa soeur, la reine Cléopâtre. Croyant lui faire plaisir et s’attirer ainsi ses bonnes grâces, Ptolémée offre à César la tête (au sens propre) de Pompée, ce qui n’agrée guère l’imperator. D’autant que Cléopâtre a pour lui un cadeau beaucoup plus convaincant : elle, enroulée dans un tapis.

Il y a, dans ce film, un souffle à la fois épique et intime qui en fait, selon moi, un des plus grands monuments du cinéma mondial, que certains trouvent grandiloquent et que je trouve juste sublime. En quatre heures et deux parties (César/Marc Antoine), tout est dit. Le scénario est magistral, joue avec le mythe sans céder aux lieux communs de la propagande augustéenne si bien ancrée dans les esprits grâce (!!!) à Virgile, les costumes et les décors sont fabuleux et la photographie impeccable, encore de nos jours. Rien n’est économisé, et surtout pas les acteurs : César/Rex Harrison, mais surtout le tumultueux couple Taylor/Burton incarnant parfaitement le tumultueux couple Cléopâtre/Marc Antoine. D’ailleurs, c’est sur le tournage qu’ils se sont rencontrés, provocant un scandale puisque chacun était marié de son côté. Taylor est là une actrice exceptionnelle, pour un personnage exceptionnel : séductrice, enjôleuse, mais aussi amoureuse passionnée, Cléopâtre est une femme au fort caractère, qui sait user de son autorité comme de son charme pour mener les deux hommes les plus puissants de Rome par le bout du nez (enfin du nez, on se comprend) (certaines scènes sont d’ailleurs très drôles, comme lorsqu’elle oblige César à se mettre à genoux devant elle). Quant à Antoine, quel homme : ombrageux, un peu rustre, même en jupette il dégage une virilité totalement troublante. Et en même temps, une grande fragilité.

Un immense film pour moi, qui a un peu vieilli mais pas tant que ça, à voir absolument !

Cléopâtre
Joseph MANKIEWICZ
1963

(4 commentaires)

  1. un petit mot ? 🙂
    j’ajouterai sur le plan cinéma …
    Cléopâtre est un tel choc visuel qu’aucun film n’a su reconstituer l’Antiquité de manière aussi impressionnante ! ( si ce n’est peut-être La Chute de l’Empire Romain ).
    Voilà un film géant conçu en taille réelle. Les décors sont précis, monumentaux, et éclairés à grand renfort de moyens et les acteurs sont déja mytiques .
    Il subsiste bien quelques effets spéciaux optiques mais ce que l’on voit dans la grande majorité des plans ce sont des fastes insensés et d’un coup on aime l’absence de numérisation . (il y a des figurants par milliers et peu de carton pate visible ) .
    Mankiewicz est en celà exceptionnel, Alexandrie respire sous sa caméra.
    Ca a vieilli oui mais pas tant que ça et en blu-ray c’est fabuleusement beau !
    Cordialement

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s