Challenge amoureux/Romans

Corps étranger, de Didier Van Cauwelaert

9377464048_175ddf5bde_o

 

Depuis que j’avais renoncé à faire quelque chose de ma vie, je me contentais d’être quelqu’un. Autrement dit, je renvoyais l’image que l’on m’avait collée ; c’était sans intérêt sinon sans avantages, et il avait fallu un drame pour redonner un sens à la position enviée qui me tenait lieu d’existence. Un de ces drames qu’on trouve spectaculaires au moment de leur annonce, mais dont l’entourage se lasse quand ils s’installent dans la durée. De toute manière, on a trop l’habitude de me haïr pour éprouver longtemps le plaisir de me plaindre. Ce pauvre Lahnberg, ça sonne bizarre. Chez les gens de plume, mon nom commence généralement par « ce salaud de », « cette ordure de », « cet enculé de » ; on a les titres de noblesse qu’on peut.

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Didier Van Cauwelaert, et j’ai décidé de le fêter par la relecture d’un de ses romans. A l’origine, ce n’était pas sur celui-là que j’avais fait porter mon choix, mais l’autre jour Clara en a parlé, et ça a fait « tilt » : c’est celui-là que je voulais. A dire vrai, je ne m’en souvenais plus, de prime abord : je savais que je l’avais lu (je le possède même en double exemplaire, broché et poche) mais l’histoire était très floue dans mon esprit ; mais à la relecture, je me suis rendu compte qu’il m’avait durablement (quoiqu’inconsciemment) marquée.

Frédéric Lahnberg est un critique littéraire reconnu, haï et jalousé qui sévit dans le supplément « livres » d’un grand journal. Alors que sa femme vient de mourir après six mois de comas et le laisse désemparé, il reçoit une étrange lettre, adressée à Richard Glen. Ce nom est le pseudonyme qu’il avait utilisé 23 ans plus tôt pour publier son unique roman dans une collection rose. Il y voit un signe, et une possibilité de recommencer une autre vie.

Rares sont les écrivains qui sont dotés de ce pouvoir magique de mêler à la perfection les registres, et de nous faire pleurer et rire à la même page. Ce roman, c’est de l’émotion pure, de la fantaisie burlesque, et une très jolie leçon de vie, où l’auteur interprète parfaitement toute la gamme des sentiments humains et de ses thèmes de prédilections : des héros cabossés et meurtris, qui se voient offrir une seconde chance, celle de rattraper le temps qu’ils ont perdu à se fuir et à s’oublier, à oublier leurs rêves et à se trahir ; le bonheur qui naît des drames les plus profonds, lorsque quelque chose commence alors que tout aurait dû finir ; la rédemption par l’amour ; la filiation. Et surtout, ici, l’identité : les fictions du moi que l’on construit et qui sont, peut-être, notre vérité la plus profonde.

Dans ce roman, l’auteur aborde également le thème de la création littéraire. Pas toujours de manière optimiste : le critique est un peu malmené dans son entreprise, qui consiste à détruire ce que d’autres ont construit parce qu’il est lui-même incapable de créer. Mais le coeur du texte, c’est tout de même la lecture et le lien intime qui se tisse entre les êtres : celui qui écrit, celui qui lit.

Il y a toujours quelque chose de magique dans les destins des personnages qu’il nous offre. De magique, et de profondément optimiste et joyeux, malgré la fin qui ne l’est pas. Une lecture qui fait du bien, en somme.

Et un coup de coeur, bien sûr !

Corps étranger
Didier VAN CAUWELAERT
Albin Michel, 1998 (Livre de Poche, 2000)

logo_saison3

5. Amour rédempteur

12 réflexions sur “Corps étranger, de Didier Van Cauwelaert

  1. Bonjour,
    Un livre que je me souviens avoir beaucoup aimé mais dont, comme toi, le souvenir est flou ! L’été propice aux relectures ? Ce n’est pas déplaisant de temps en temps de se replonger dans un livre et d’y trouver de nouvelles émotions. Dans un genre différent je viens de ressortir l’Amant, et Miderat cantabile n’est pas loin, une envie soudaine de Duras !
    Bonne journée, bonnes lectures !
    Anne

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s