Elle lit des romans

Inferno, de Dan Brown

photo (2)

Que la peste bubonique fût un bienfait pour l’humanité était certes choquant, mais nombre d’historiens avaient analysé les bénéfices au long terme qu’avait engendrés cette épidémie au XIVème siècle. Avant l’arrivée de la maladie, la surpopulation, la famine, les difficultés économiques, rongeaient la société. Les ravages causés par la peste noire, tout horribles qu’ils fussent, avaient effectivement réduit le « cheptel humain », créant une nouvelle abondance de nourriture et de possibilités. C’était le terreau qui avait permis à la Renaissance de voir le jour.

Je l’ai déjà confessé : je suis une grande adepte de thrillers ésotériques (encore que celui-ci ne soit que moyennement ésotérique). Particulièrement l’été, parce que vu que je suis une bonne cliente, une fois que j’en commence un, il n’y a pas à me le faire lâcher. Quitte à sacrifier mon sommeil. Donc c’est mieux quand je suis en vacances. Il était donc évident que la cuvée nouvelle du Dan Brown, qui est quand même, n’en déplaise à ses détracteurs, un des maîtres du genre, ne pouvait pas m’échapper.

Nous retrouvons notre sémillant aventurier symbologue, Robert Langdon, à Florence, où il se réveille dans un hôpital, souffrant d’une amnésie rétrograde lui ayant fait perdre le souvenir des deux derniers jours. A vrai dire, il ne sait même pas ce qu’il fait dans la cité des Medicis. Bien résolu à le savoir, d’autant qu’il a des tueurs à ses trousses, il trouve une aide précieuse en la personne d’un jeune médecin, Sienna Brooks, la Robert Langdon Girl de l’histoire. L’enquête les mènera, de musée en palais renaissant, à s’intéresser de près à une oeuvre littéraire mythique : L’Enfer, de Dante.

Alors le moins que l’on puisse dire, c’est que Dan Brown sait faire son boulot : dès la quinzième page le lecteur est ferré et ne peut plus s’échapper d’une histoire impeccablement menée, passionnante de bout en bout, enchaînant les rebondissements, les révélations inattendues, les retournements de situation. Du grand art dans le genre, ni plus ni moins. D’autant qu’au passage, on apprend énormément de choses (et c’est ce que j’apprécie beaucoup chez Dan Brown, qui à chaque fois me fait découvrir des œuvres d’art que je ne connaissais pas), on réfléchit (le fond de l’enquête m’a plongée dans un abîme de réflexion, car au final… enfin je vous laisse découvrir, mais le méchant l’est-il vraiment ?). Et, deuxième effet : on a envie de sauter dans le premier avion pour Florence, Venise ou Istanbul, en embarquant Dante pour le voyage.

Alors évidemment, ce n’est pas toujours très crédible (ça, c’est le grand argument des détracteurs de Brown), c’est parfois tiré par les cheveux, mais j’ai envie de dire : on s’en fout ! Ça fonctionne, et je crois que parfois, il ne faut pas trop se poser de question non plus : est-ce que c’est vraiment important qu’il n’y ait pas de passages secrets dans tel palais florentin dans la réalité ? A mon sens non. Du reste… comment un thriller ésotérique pourrait-il bien être vraisemblable, je vous le demande un peu.

Donc moi, j’ai passé une excellente nuit avec Dan Brown, et je recommande chaudement ce roman aux amateurs du genre, à ceux qui ont envie de découvrir, à ceux qui veulent juste passer un bon moment de détente sans se prendre la tête mais en apprenant des choses quand même.

Inferno
Dan BROWN
Lattès, 2013

27 comments on “Inferno, de Dan Brown

  1. J’avais adoré le Da Vinci Code, pas du tout Anges et Démons, je lirai celui-ci mais quand il sortira en poche !!! 😉

    J'aime

  2. « comment un thriller ésotérique pourrait-il bien être vraisemblable, je vous le demande un peu. »

    Je ne vois pas le rapport entre le fait d’etre esoterique, et le fait d’etre invraissemblable. Ce qui est esoterique n’a rien a voir avec ce qui est occulte, magique, mystique, ou autre, c’est juste ce qui est « cache ».

    Dan Brown n’est pas un maitre du genre. Umberto Eco en est un . Dan Brown ne fait que pomper dans des livres deja ecrit par d’autres. Son Da Vinci Code n’etait qu’un plagiat de l’Enigme Sacree et La Revelation des Templiers. Son Anges et Demons racontait n’importe quoi sur les Illuminatis. Il y avait plein de n’importe quoi sur la Franc Maconnerie dans le Symbole Perdu… Bref, ce n’est pas un maitre du genre.
    Au moins, lorsqu’Umberto Eco nous parle des Roses Croix dans le Pendule de Foucault, c’est plus serieux, alors que l’Ordre des Roses Croix est tres complexe a apprehender.

    J'aime

    • Ah, tu ne l’aimes pas, on sait !
      Mais :
      – ésotérique = caché, oui, mais depuis les origines les courants ésotériques ont été liés au religieux et au mysticisme. Donc à des trucs pas toujours très vraisemblables.
      – je commence à en avoir assez de cette histoire de plagiat : Baigant et ses copains ne sont pas à l’origine de cette idée d’une descendance du Christ, de Rennes le château tout ça, ce sont des idées qui circulent depuis longtemps, donc que Dan Brown ait lu le livre, oui, sans doute, mais de ces idées il en a fait un roman
      – pour les Illuminatis, je n’en sais rien, je n’ai jamais bien compris de quoi il s’agissait, mais du reste, comme je l’ai dit dans l’articlee, ce n’est pas ce qui m’importe.
      – Quant à Eco, je ne le classe pas dans la même catégorie…

      J'aime

  3. Je l’ai offert à mon père, tout en sachant sciemment que je l’aurai dans les mains sous peu ! Tu as raison, il faut prendre Dan Brown pour ce qu’il est, certainement pas un prix Nobel, mais une machinerie très efficace qui fait son boulot correctement. Du coup, ça marche fort bien, et ce n’est pas pour me déplaire.

    J'aime

  4. J’ai lu tous les Dan Brown et je suis pressée de découvrir celui-ci !

    J'aime

  5. J’ai lu ses deux premiers et j’avoue ne pas avoir envie de retenter 😉 Bel été !

    J'aime

  6. J’avais bien aimé le Da Vinci Code et Le symbole perdu donc oui, pourquoi pas. J’aime bien en général cet auteur.

    J'aime

  7. valmleslivres

    J’avais beaucoup le Da Vinci Code mais je n’ai pas follement envie de relire l’auteur.

    J'aime

  8. geraldinecoupsdecoeur

    Je le lirai bien mais j’ai Digital fortress qui m’attend dans ma PAL depuis un bon moment et fait barrage à tout nouvel achat d’un livre de cet auteur. D’ailleurs, à propos de ce que tu dis sur lui et ses écrits, je suis tout à fait d’accord avec toi !

    J'aime

  9. Si ce bouquin ravive mon envie d’Italie, je vais l’oublier… Sinon l’homme m’en voudra encore plus !!!

    J'aime

  10. je l’ai dévoré également, en plus de temps par contre ! et je défends cet auteur face à ceux qui n’ont que de la critique envers lui. Certes ce n’est pas de la grande littérature, mais c’est un livre passionnant, du début à la fin !

    J'aime

  11. Je l’ai adoré et j’aurais voulu le lire d’une traite!
    Il m’a tellement donné envie d’aller à Florence qu’à peine deux semaines après l’avoir lu, j’ai acheté un billet d’avion pour la Toscane!

    J'aime

  12. J’adore ton commentaire, je m’y retrouve ! oui, c’est peut-être commercial, oui, c’est un style simple, oui, ça peut manquer de crédibilité … mais on s’en fiche ! parce que, quand on aime Robbie, on s’éclate ! et on refoule nos critiques stylistiques ! Epicetou !!
    http://www.christelle-pigere-legrand.com/inferno-dan-brown.php

    J'aime

  13. Ping : ___ Per mi, questo è una divina opera ! ___ | Formations lir&crire.

  14. j’ai lu da vinci code et j’ai adoré alors pourquoi pas …

    J'aime

  15. Ping : Inferno, de Ron Howard | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :