Déshabille-moi, de Mila Braam

9175095644_619cf65da1_o

 

Le jour où je serai une vieille fille qui sent le rance, flapie, flétrie, peut-être même mise au rebut, rangée entre un collant distendu et une gaine d’un autre âge, et que plus personne ne me regardera jamais avec envie, je songerai à notre première rencontre. À toi et moi.
Quand tu m’as sortie cette fois-là de mon emballage, il faut dire que j’étais si douce, et fraîche. Si fraîche que le premier contact avec ton sexe t’a tiré un petit cri surpris et fugacement extasié. Tu m’as tout de suite aimée. Voila tout ce dont je me rappelle, s’agissant de mes débuts. Ça n’a pas beaucoup de mémoire, une culotte. Ça a les souvenirs que celle qui la porte veut bien y déposer, traces successives, parfois visibles. Parfois non. Juste à peine odorantes. Moi, je n’avais encore rien connu de tel. Je ne savais pas encore à quoi j’étais destinée. Et que ce que je serais conduite à partager désormais, ce n’était rien moins que ton intimité. Vraiment toute ton intimité. La fleur de tes secrets.

Alors, qu’ai-je lu comme curiosité ce mois-ci ?

Un très court roman dont le moins que l’on puisse dire est qu’il est original…

Un matin qu’elle n’a plus un seul sous-vêtement propre, Célia achète en catastrophe une petite culotte dans un bazar. Une petite culotte qui n’a rien de très affriolant, en coton tout simple avec un hippocampe sur le devant. Mais cette culotte a une particularité : dotée d’une conscience, c’est elle qui va nous raconter l’histoire…

J’avoue que je suis très perplexe face à ce roman. J’en ai beaucoup aimé le principe : une petite culotte aux pouvoirs un peu magique, qui a la capacité de lire le passé sexuel de celle qui la porte, et de le restituer à la propriétaire suivante. J’ai aussi beaucoup aimé le ton impertinent et drôle, beaucoup plus cru que ce dont on a l’habitude. Certains passages ne sont pas mal du tout, et bien tournés. Mais voilà : certaines choses m’ont, comme qui dirait, soulevé le coeur. La petite culotte change donc régulièrement de postérieur, sinon ce serait moins drôle et son pouvoir d’empathie serait sans intérêt. Le problème est qu’elle le fait… sans avoir été lavée au préalable, c’est même l’un des principes de bases lorsqu’intervient une bande de fétichistes du sous-vêtement sale, obnubilés par les odeurs diverses émanant d’une culotte ayant été portée durant plusieurs jours par plusieurs personnes. Je ne suis pas prude, mais enfin, certaines pratiques sexuelles me laissent tout de même pantoise. Ça en émoustille peut-être certains, je n’en sais rien et je ne juge pas, mais enfin pour ma part, ça aurait plutôt la vertu de me faire vomir mon petit-déjeuner. Du coup, j’ai passé une bonne partie de la lecture de ce roman à faire des grimaces de dégoût, ce qui, on le comprends bien, n’était pas vraiment le but. J’ai été aussi un peu refroidie par une scène orgiaque digne d’un film porno (enfin, ce qui m’a choquée le plus c’est qu’ils n’utilisent pas de préservatif… après, à la limite…).

Du coup voilà, je suis un peu déçue parce que l’idée de base était bonne, et qu’il existait des moyens pour que la culotte se promène de fesses en fesses tout en respectant les mesures élémentaires d’hygiène… Ceci dit, l’ouvrage est très bien classé au rayon « érotisme » d’A***, donc c’est peut-être moi qui suis un peu psychorigide sur ce coup. Liliba, par exemple, a plutôt aimé !

Déshabille-moi
Mila BRAAM
J’ai Lu, 2013

64652259_p

By Stephie

22 réponses sur « Déshabille-moi, de Mila Braam »

  1. jerome

    J’ai les mêmes réserves : le coté beurk et cette scène en forêt dont je n’ai as parlé dans mon billet mais que je trouve juste abominable (et je me suis la même réflexion par rapport à l’absence de capotes).
    Pour moi c’est quand même clairement un navet 😉

    J'aime

  2. liliba2

    J’ai bien aimé, comme tu dis, le ton plutôt sympa et l’humour (enfin, au début). Mais rien qu’à imaginer cette culotte nauséabonde, arkkkk ! moi qui ai déjà tendance à en changer en cours de journée dès qu’il faut chaud !!! Mais pourtant, je crois que ça existe vraiment, les gens qui aiment… re-arkkkk !

    J'aime

  3. Asphodèle

    Heureusement, mon petit déj’ est loin !!! Je te rejoins complètement, ce n’est pas une question de prudrerie mal placée mais d’hygiène élémentaire ! Après, le fétichisme à ce niveau-là n’est plus érotique mais porno… Mal classé ce livre ? 😆

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.