Elle lit des romans

L’histoire de l’amour, de Nicole Krauss

9006192771_4e07f41fee_o

 

Même aujourd’hui, toute la gamme possible des sentiments n’existe pas encore. Il en est qui attendent, au-delà de nos capacités et de notre imagination. De temps en temps, quand apparaît une nouvelle oeuvre musicale encore jamais écrite, une peinture encore jamais peinte, ou une chose impossible à prédire, à sonder ou même à décrire, un nouveau sentiment pénètre le monde. Et alors, pour la millionième fois dans l’histoire du sentiment, le cœur se gonfle, et absorbe l’impact.

L’autre jour que je réfléchissais aux couples d’écrivains, je me suis dit que je n’avais encore rien lu de Nicole Krauss (de fait, je n’ai rien lu non plus de Jonathan Safran Foer, son mari, mais je ne sais pas pourquoi ça ne me dit rien pour le moment), et j’ai eu envie de la découvrir. Le choix n’était pas très large : des trois romans qu’elle a publiés, seuls deux sont traduits en français ; et quand l’un des deux s’appelle L’Histoire de l’amour, on se doute bien que me concernant, le choix a été vite fait.

Trois personnages hantent les pages de ce roman. Léopold Gursky, un vieux juif polonais ayant échappé à la Shoah et vivant à New York, essayant d’écrire, et hanté par le fait d’avoir perdu la femme qu’il aimait, Alma, et de ne jamais avoir connu le fils qu’elle lui a donné, devenu un grand écrivain. Alma Singer, une adolescente de quinze ans qui porte le prénom de l’héroïne d’un roman cher à ses parents, et qui a du mal à faire son deuil de son père. Enfin, Zvi Litvinoff, juif polonais réfugié au Chili, et auteur d’un roman. Ce qui lie les destins de ces trois personnages, c’est un texte : L’Histoire de l’amour…

J’ai été totalement conquise par ce roman à la construction narrative ingénieuse, et qui aborde des thèmes qui me sont chers : l’histoire, la mémoire, l’identité, la famille, et bien sûr l’amour et l’écriture. Le roman qui donne son titre au livre et dont certains chapitres sont insérés a quelque chose de mythique : c’est une déclaration d’amour à une certaine Alma, et en même temps, comme une épopée, il conte l’histoire des différents âges de l’humanité et du sentiment amoureux. A la fois merveilleux et tragique, il est un cri d’amour à travers l’espace et le temps, la plus belle déclaration d’amour qui soit — car quelle plus belle déclaration que de consacrer un livre entier à l’être aimé dont le prénom devient une sorte de prière ? C’est aussi un livre qui parviendra à tisser des liens entre des personnages que tout semble opposer. Et pourtant ! Comme dirait Leopold, ils sont intimement reliés. Il y a beaucoup de fantaisie dans l’univers que crée Nicole Krauss, et beaucoup de tragique aussi, car elle manie à la perfection le mélange des registres : tour à tour drôle et bouleversant, le roman nous attache à des personnages dotés chacun d’une véritable voix : Alma m’a beaucoup touchée, quant à Leopold, il m’a profondément émue ce vieil homme malmené par la vie mais qui reste accroché à un vrai sens de la poésie du monde.

Il est question de la shoah, en toile de fond, et c’est ce sur quoi insiste la quatrième de couverture. Il est aussi question du judaïsme, avec ce très joli mythe que je ne connaissais pas, celui des lamed vovnik. Mais c’est la capacité des grands livres que de se transformer en fonction du lecteur, et j’y ai surtout vu une méditation sur l’amour, sur la perte de ceux que nous aimons.

Voilà donc un roman qui est une vraie réussite et qui assure à Nicole Krauss une place de premier plan dans la littérature contemporaine ! Son autre roman traduit ne tardera pas à intégrer mes étagères…

L’Histoire de l’amour
Nicole KRAUSS
Gallimard, 2006 (Folio, 2008)

Lu aussi par Cecile, Clara, Emily, Karine

logo_saison3

3. Déclarations d’amour

14 comments on “L’histoire de l’amour, de Nicole Krauss

  1. Il traîne sur ma PAL depuis… ouh… des lustres !

    J'aime

  2. Et une écriture remarquable !

    J'aime

  3. J’ai beaucoup aimé ce livre également (lu avant le blog). Mais je n’ai pas lu celui d’après, apparemment moins bon.

    J'aime

  4. valmleslivres

    J’ai aimé écouter cette femme lors du Festival America. Je note donc.

    J'aime

  5. geraldinecoupsdecoeur

    Le pitch est magnifique, mais je n’ai pas plus envie que cela de me lancer dans ce roman.

    J'aime

  6. Bonsoir L’irrégulière, ce roman avait été un coup de coeur quand je l’ai lu http://dasola.canalblog.com/archives/2007/12/12/7103135.html Je n’ai pas encore le seconde traduit en français, j’hésite. Bonne soirée.

    J'aime

  7. chaplum2

    J’avais aussi adoré ce roman. J’ai peur de lire le deuxième de peur de ne pas retrouver la magie.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :