Elle lit des romans

Jane Eyrotica, de Charlotte Brönte & Kerena Rose

8936602334_fffd2b2f43_o

 

Je sentis qu’il avançait son pion en se demandant comment la jeune fille qui avait étudié à Lowood pendant trois ans pouvait être aussi celle qui avait partagé l’extase des sens avec lui dans un fossé. Je n’avais pas la réponse. La seule chose que je puisse affirmer, c’est que jamais étreinte amoureuse ne m’avait procuré autant de plaisir. Sa seule évocation faisait se contracter les muscles de mes cuisses.

En ce premier mardi du mois de juin, je vous propose un ouvrage pour le moins osé, au moins sur le principe sinon dans les faits : réécrire Jane Eyre, le classique de Charlotte Brönte, version érotique.

A quelques détails près, l’histoire est la même que dans la version originale : Jane Eyre, jeune orpheline de seize ans, est maltraitée par les cousins qui l’ont recueillie, et notamment John Reed, qui est aussi son amant. Ils finissent par l’envoyer en pension, et après trois ans passés à Lowood, elle est engagée comme gouvernante à Thornfield. Sa première rencontre avec le maître des lieux, M. Rochester, est assez croustillante, et l’homme n’est pas sans lui rappeler un portrait sur lequel elle fantasme depuis de nombreuses années…

J’avoue que j’étais assez perplexe et plutôt méfiante lorsque j’ai reçu cet ouvrage. Je suis toujours, d’ailleurs, assez circonspecte sur le principe de réécrire une oeuvre dans sa version érotique, d’autant qu’il ne s’agit pas là de pallier les silences du texte, mais bien de rajouter des scènes qui modifient nécessairement la psychologie des personnages (je veux dire, une version érotique de Madame Bovary par exemple ne ferait qu’expliciter ce que Flaubert a passé sous silence mais qui se produit bel et bien ; là ce n’est pas le cas). Et si Brönte a fait certains choix, je trouve bizarre d’aller les changer. Mais, ceci mis à part (j’ai mis mon esprit de chipotage en mode pause), ça fonctionne et cette version condensée et épicée de l’histoire de Jane Eyre est plutôt pas mal faite. Jane gagne en profondeur, elle est vive, dotée d’une grande imagination, notamment en ce qui concerne les fantasmes. Rochester est sombre et énigmatique, ombrageux et viril, bref, quel homme ! L’ensemble est plutôt divertissant, même s’il ne faut pas s’attendre à des trucs complètement fous niveau érotisme (c’est épicé, mais ce n’est pas pour autant une version BDSM). Je ne suis pas certaine que les inconditionnels du roman de Brönte et les puristes apprécient, mais pour les autres, je pense que ça peut plaire à un grand nombre.

Jane Eyrotica
Charlotte BRÖNTE & Kerena ROSE
MA Editions, 2013

64652259_pBy Stephie

24 comments on “Jane Eyrotica, de Charlotte Brönte & Kerena Rose

  1. cartonsdemma

    Le principe est assez étonnant. Je ne pense pas tenter cette lecture

    J'aime

  2. Je ne connaissais pas du tout le principe de réécrire des romans en version érotique !

    J'aime

  3. Alors c’est une banale romance « aventures et passion » ? … Ou un peu plus ?
    Ca peut être marrant, mais pour moi, ce n’est pas Jane Eyre.

    J'aime

  4. Ils n’ont pas déjà fait la même chose pour orgueil et préjugés ?

    J'aime

  5. Drôle d’idée, je ne suis pas sûre que j’apprécierais… J’ai très envie de le relire mais dans sa vraie version :0) Je ne pense pas que Charlotte Brönté aurait apprécier… Quoi que, ça l’aurait peut-être amusé ;0) L’Irrégulière j’aurais quelque chose à te demander, je sais que tu es dans l’enseignement et j’aurais aimé que tu viennes lire mon billet d’aujourd’hui et avoir ton avis… ça serait vraiment très sympa si tu pouvais me dire ton avis, en te remerciant d’avance !!

    J'aime

  6. Je n’ai déjà pas lu la version originale, j’ai encore moins envie de lire cette resucée (si je puis dire) érotisée…

    J'aime

  7. C’est spécial de s’attaquer à un classique en vue de l’érotiser, un peu comme les succès de cinéma qui deviennent des porno en somme. Pourquoi pas, c’est une niche en tout cas 🙂

    J'aime

  8. J’avoue que j’ai du mal à comprendre l’intérêt de ce concept… Pourquoi vouloir absolulement mettre de l’érotisme et/ou du sexe partout ? Laissez-nous nos classiques b*rdel !!

    J'aime

  9. Sacrilège !

    C’est pire que la pyramide du Louvre !

    J'aime

    • Je n’ai personnellement rien contre la pyramide du Louvre…

      J'aime

      • Continue comme ça, toi, et tu auras ta grimace tout contre. Ou à travers. Sache que la pyramide du Louvre, c’est le Mal. Et qu’il y a des sujets avec lesquels nul ne doit plaisanter.

        J'aime

  10. Je ne sais que penser… Je suis à la fois sceptique et méfiante, et je me dis également : « après tout, pourquoi pas si c’est très bien écrit ! »… mais quand même… c’est presque de l’ordre de la profanation, non ? 🙂

    J'aime

  11. A quand alors la réécriture de romans érotiques en version « soft » ?!
    Trêve de plaisanterie, je n’avais jamais entendu parler de ce livre, ce doit être intéressant de relire le roman original et de comparer avec cette version !

    J'aime

  12. J’ai lu et relu ce livre (Jane eyrotica) et je ne trouve pas que ce soit la même chose que transformer des films en films porno, ici on reste dans le soft, on ajoute juste de l’érotisme à cette relation et l’amour est omniprésent!! Je conseille ce livre aux femmes qui aiment les livres bien écrits et qui veulent avoir un petit frisson en le lisant 😉

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :