Plaidoyer pour Eros, de Siri Hustvedt

8867445312_7f5cbf9dd1_o

 

quand j’écris un roman, je quitte mon corps réel et je deviens une autre personne, femme ou homme, à mon gré. Pour moi, la création artistique est une forme de rêve conscient.

Je crois que je suis en train de faire une fixation sur le couple Auster/Hustvedt, passant avec délices de l’un à l’autre. Siri Hustvedt, je l’ai découverte il y a deux ans (j’avais écrit « l’année dernière » avant d’aller vérifier l’article : que le temps passe vite !) avec Un été sans les hommes avant de poursuivre avec Tout ce que j’aimaisLes deux m’avaient conquise, en raison notamment de leur richesse réflexive et de leur forte intertextualité. Aussi lorsqu’au salon du livre j’ai remarqué ce recueil d’articles, je n’ai pas hésité (de toute façon, il fallait que je passe à la caisse, ayant déjà deux ouvrages Actes Sud en main, donc au point où j’en étais…)

Il s’agit d’une série d’essais, de longueur variable, où l’auteur interroge son rapport à la littérature (en tant que lectrice et en tant qu’écrivain) et sa vie de femme.

Mais le dire comme ça ne rend pas justice à l’immense richesse de cet ouvrage, qui est à la fois très personnel et en ce sens peut se classer dans les textes autobiographiques, et universel : Siri Hustvedt pense à partir d’elle-même, et ce de manière brillante. Il serait difficile de lister les thèmes qu’elle aborde ici, tant ils sont nombreux, et ce même si le recueil a pourtant une grande cohérence. Tout avec elle peut mener à une réflexion profonde : sa place entre deux cultures et deux langues (l’Amérique et la Norvège), l’érotisme, l’amour, le désir, le corps, la frontière qui sépare le masculin et le féminin, la construction de soi. A l’occasion elle se livre aussi à de très fines et stimulantes analyses littéraires, mais va au-delà de la simple critique car pour elle, la littérature permet avant tout d’interroger le monde : la conscience d’être amoureux avec Gatsbyou le corps avec Dickens (auquel elle a consacré sa thèse). Bien sûr, ce qui m’a le plus intéressée dans ces essais, c’est lorsqu’elle parle de son rapport à l’écriture, car elle le fait de manière lumineuse. J’aime aussi lorsqu’elle parle de Paul Auster et qu’elle dit « mon mari », c’est un peu idiot dit comme ça mais on sent entre eux, en plus d’un amour immense, une connivence qui permet l’émulation, et une admiration mutuelle. Avec, en commun, cet amour absolu pour New-York. D’ailleurs, à propos de la ville, un des articles est consacré au 11/09 et il est absolument bouleversant, tout comme l’est, mais dans un autre genre, le dernier texte, « Extraits d’une histoire du moi blessé ».

Bref, ce petit recueil est une absolue merveille, qu’il faut lire tant il nourrit la réflexion sur de nombreux sujets !

Plaidoyer pour Eros
Siri HUSTVEDT
Actes Sud, 2009

19 commentaires

  1. sylire dit :

    Il me le faut !!! Comme toi, j’ai adoré « un été sans les hommes ». Je vais peut-être attendre qu’il sorte en poche.

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Malheureusement, je ne suis pas sûre qu’il sorte un jour en poche, vu la date…

      J’aime

  2. clara dit :

    Raisonnable je vais être et attendre sa sortie en poche :)!

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Comme je le dis plus bas, je crains qu’il ne soit jamais édité en poche : il date déjà de 2009 !

      J’aime

  3. keisha41 dit :

    Lu, et je préfère quasiment ses essais à ses romans!

    J’aime

  4. lorouge dit :

    J’aime beaucoup ce qu’écrit Siri Hustwedt, c’est une femme vraiment très intéressante. « Tout ce que j’aimais » a été un énorme coup de coeur pour moi… J’ai dans ma PAL son dernier essai « Vivre, penser, regarder » et, pour l’avoir déjà beaucoup feuilletée, je sais qu’il va me plaire… Je lirais sans doute celui là après, je le note en tout cas

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      C’est une femme vraiment brillante et fascinante, je note celui dont tu parles !

      J’aime

  5. valmleslivres dit :

    Je lirais bien l’un de ses essais.

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      C’est vraiment passionnant !

      J’aime

  6. metaphorebookaddict dit :

    Et me voilà tentée, j’ai Un été sans les hommes acheté à sa sortie et toujours pas lu, je le sors de suite de la bibli. Et je note celui ci 🙂

    Métaphore
    Une idée d’indice pour le challenge « Jacques a dit » de ce soir à 20h?

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Désolée, j’ai loupé le coche…

      J’aime

      1. metaphorebookaddict dit :

        Pas grave, j’ai sorti un challenge hier soir pour faire fondre sa PAL cet été, si cela te dit 🙂
        Bonne soirée

        J’aime

  7. malakhiba dit :

    A reblogué ceci sur malakhiba.

    J’aime

  8. Marion dit :

    Restée sur une déception vis à vis d’Un été sans les hommes, je vais attendre un peu avant de poursuivre…

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Je comprends (enfin là, c’est très différent)

      J’aime

  9. sylire dit :

    Je pense que je craquerai un jour ou l’autre et ce sera en broché s’il ne sort pas en poche !

    J’aime

  10. Parisianne dit :

    Il faut absolument que je lise Siri Hustvedt, une grosse lacune… encore une !

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      On en a tous tellement… mais c’est un auteur à découvrir, oui !

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.