Elle se fait des films

Certains l’aiment chaud de Billy Wilder

23472

Well… Nobody’s perfect !

Il y a des films dont on se dit depuis toujours qu’il faut absolument qu’on les voie, et puis l’occasion ne se présentant pas, on attend longtemps avant de pouvoir mettre ce projet à exécution. C’est le cas pour moi de nombre de classiques qu’aucune chaîne de télévision ne diffuse jamais. Dont celui-ci. Vous imaginez donc que l’occasion faisant le larron, je n’ai pas hésité à l’acheter chez le vendeur de DVD dont je vous parlais la dernière fois lorsque je suis tombée dessus…

Joe et Jerry, deux musiciens désargentés, sont mêlés malgré eux à un règlement de compte entre gangsters, comme il y en a souvent dans le Chigago de 1929. Pour échapper aux hommes du Marquis qui veulent éliminer ces témoins gênants, ils se déguisent en femmes et prennent les noms de Joséphine et Daphné afin d’intégrer un orchestre féminin en partance pour Miami. Ils font la connaissance de Sugar, qui se lie d’amitié avec eux et leur avoue une fâcheuse tendance à s’amouracher des saxophonistes. Comme Joe, qui se déguise en milliardaire pour la séduire…

Tout en reprenant certains codes des films de gangsters, Some like it hot est une vraie comédie comme seuls les américains savent en faire, totalement déjantée et burlesque, jouant sur les ambiguïtés et les déguisements. Certaines scènes sont d’anthologie, et Tony Curtis et Jack Lemmon totalement époustouflants. Bon, surtout Tony Curtis, pour qui j’avoue avoir un faible de puis toujours, car j’aime énormément sa manière d’arriver à être à la fois extrêmement séduisant et irrésistiblement drôle. Quant à Marilyn… bon, je vais me faire jeter des cailloux car je sais que certains et certaines lui vouent une admiration sans bornes, mais je ne l’aime pas, je ne l’ai jamais aimée et gageons que je ne l’aimerai probablement jamais. A part minauder dans des robes hideuses qui la font ressembler à une vache à lait, elle ne fait pas grand chose, à vrai dire. Pour moi, l’incarnation du glamour, ce n’est pas Marilyn Monroe. A part sur les tableaux de Warhol (et encore, je préfère ceux avec Taylor). Mais bon, passons : elle joue une décérébrée, et elle le fait très bien (alors qu’en fait, elle était très intelligente).

Un bon film donc, qui m’a amusée, à voir pour la performance de Curtis et Lemmon…

Some like it hot/Certains l’aiment chaud
Billy WILDER
1959

25 réflexions sur “Certains l’aiment chaud de Billy Wilder

  1. J’aime beaucoup ce film que j’ai vu une bonne dizaine de fois, il est très drôle et la performance de Curtis et Lemmon est épatante. Contrairement à toi j’aime Marilyn qui joue ici très bien les écervelées

    J'aime

  2. J’aime beaucoup ce film dont je connais certaines répliques par coeur tant je l’ai vu et revu, sans doute le film que j’ai regardé et cela depuis mon enfance. Tu sais que j’aime beaucoup Marilyn, je n’essaierai pas de te faire changer d’avis, il y a des actrices qu’on aime ou qu’on n’aime pas, c’est comme ça.

    J'aime

  3. Evidemment un grand classique des comédies US….
    Si ce genre de films ne passe jamais « en clair » sur la TNT, c’est que, à ma connaissance, Ted TURNER est propriétaire des catalogues sur ce genre
    de films. D’où un abonnement à TCM !!!

    J'aime

  4. C’est vraiment un film que je n’aime pas, dont je ne comprends pas le succès, qui ne me fait pas rire du tout, ou si peu, c’est l’un des plus faibles de Wilder qui par ailleurs est un de mes cinéastes et scénaristes préférés.

    Monroe est très bien dans Niagara, The Misfits, et pour une apparition dans Quand la ville dort. En revanche, chez Wilder, non. 7 ans de Réflexion est encore pire que Some like it Hot.

    J'aime

  5. Je me suis offert « Certains l’aiment chaud » dernièrement mais je ne l’ai pas encore regardé. J’aime beaucoup les rôles d’ingénues jouées par Marilyn (elle le fait tellement bien).
    Si tu ne l’as pas vu, je te conseille « Les hommes préfèrent les blondes ». J’ai beaucoup aimé les chansons du film et Jane Russell.

    J'aime

  6. Comme toi, j’ai découvert ce film récemment, et j’ai adoré !! Tony Curtis et Jack Lemmon sont exceptionnels, c’est rejouissant du début à la fin 🙂

    J'aime

  7. Pingback: Les films qui consolent | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s