Elle bavarde

Entretien avec… Vina Jackson

8434594317_3cb45c6911_o

 

Voilà la raison (outre baguenauder sous la pluie en me prenant pour Fred Astaire) pour laquelle je me suis rendue à Paris vendredi : interviewer l’auteur de 80 notes de jauneVina Jackson. L’auteur ? Et bien non, les auteur, car Vina Jackson est le pseudonyme de deux écrivains, un homme et une femme, qui souhaitent garder l’anonymat, et à qui j’ai pu poser les questions qui me titillaient après la lecture du roman. Nous les appellerons Vina pour l’une, et Jackson pour l’autre.

Comment vous est venue l’idée d’écrire ce roman ?

Vina : au départ nous ne nous connaissions pas, et je n’avais jamais écrit de roman contrairement à Jackson. Notre rencontre s’est faite dans un train : nous étions quatre dans un wagon vide et nous nous sommes pourtant installés ensemble, mais sans communiquer. A l’arrivée nous nous sommes rendu compte que nous allions au même endroit : une conférence sur la littérature érotique. Après, en parlant, nous est venue l’idée d’écrire nous-même un roman érotique, en alternant le point de vue masculin et le point de vue féminin.

Cela fonctionne comment, l’écriture à deux ?

Jackson : en fait, la méthode diffère en fonction des tomes. Mais au départ, nous nous voyons une journée pour faire le résumé du roman, avec des espaces pour improviser, ensuite nous communiquons par mail, jusqu’à 30 par jour. Pour les deux premiers tomes, nous nous sommes partagé les chapitres, mais parfois l’un de nous était bloqué sur une scène et passait à la suivante, l’autre reprenait alors et il est arrivé que nous nous échangions les personnages. Du coup à partir du troisième tome nous avons procédé différemment, et nous avons découpé les romans en parties, chacun de nous écrivant pour les deux personnages.

Le titre, 80 notes de jaune, est une référence explicite à Fifty shades of Grey. D’abord pourquoi le jaune, et ensuite pourquoi cette référence alors que vous ne vous adressez pas vraiment au même public ?

Jackson : En fait, lorsque nous avons signé le premier contrat, nous avions prévu deux tomes, dont le titre était un hommage aux deux films de Vilgot Sjöman I’m curious yellow/I’m curious blue. Ensuite nous avons ajouté d’autres volumes et donc d’autres couleurs, mais le jaune n’a pas de signification particulière, pas même dans le monde du BDSM. (Et ce n’est donc pas une référence à E. L. James, NDLR)

Pourquoi avoir choisi la première personne pour Summer, et la troisième pour Dominik ?

Vina : en fait tout est parti du personnage féminin, Summer, pour lequel l’usage de la première personne nous a paru indispensable, même si ce n’est pas toujours facile, car cela permet une plus grande profondeur. Par la suite la troisième personne s’est naturellement imposée pour les autres chapitres, car elle permettait un traitement plus large, notamment dans la partie où Dominik est absent.

On note la grande importance dans le roman de la musique et des livres. Etait-il important pour vous que vos personnages soient des gens cultivés et raffinés ?

Vina : c’était même indispensable. Je ne pouvais pas imaginer écrire à la première personne sur quelqu’un qui ne serait pas lié à l’art, car il faut toujours visualiser ce que l’on écrit, et j’ai donc créé un personnage qui aime ce que j’aime.

Jackson : tout à fait, Dominik a beaucoup de points communs avec moi, notamment il a beaucoup de livres, ce qui rend le personnage plus réel dans son environnement. De manière générale, nous plaçons les personnages dans des endroits que nous connaissons, notamment pour les voyages qu’ils effectuent dans les tomes suivants. Il faut toujours écrire sur les choses que l’on connaît (à une nuance près : la question sexuelle), et je voulais me sentir fier de mon personnage. En outre, la dimension mentale de la relation de séduction est très présente dans le livre, il fallait donc des personnages dotés d’une vie intérieure riche.

Quelle différence faites-vous entre érotisme et pornographie ? Selon vous, à quelle catégorie appartient votre roman ?

Vina : c’est une question de but. La pornographie est gratuite, elle n’a comme but que l’excitation du lecteur, et tend à faire de l’autre un objet. L’érotisme va plus loin, il s’intéresse à la vie érotique des gens mais mêle le sexe et les émotions. Le cerveau n’est pas absent. L’érotisme est donc plus riche.

Vous semblez bien connaître les milieux BDSM. Est-ce un monde qui vous fascine ?

Jackson (que ma question fait rire) : d’abord précisons que nous ne sommes pas un couple ! Mais nous avons des intérêts en commun. Après, c’est comme pour n’importe quel sujet : on fait des recherches et on les met en mot. Bon, je n’étais pas non plus totalement ignorant concernant le BDSM.

Vina : je suis curieuse et pleine d’imagination !

Que pensez-vous de la mode du « mum’porn » ?

Vina : c’est une bonne chose si cela peut permettre aux gens d’enrichir leur vie sexuelle. Par contre, le terme « mum’porn » est très réducteur.

D’où vient votre pseudo ?

Vina : « Vina » est le nom d’un personnage de la littérature qui m’a beaucoup marquée.

Jackson : « Jackson » a beaucoup de similitudes avec mon vrai non. De plus, il nous fallait un pseudo féminin, c’était une exigence de l’éditeur à cause de E. L. James…

Enfin, est-ce que vous auriez des conseils à donner à quelqu’un qui voudrait écrire un roman érotique ?

Vina : La meilleure écriture est la plus honnête.

Jackson : j’anime des ateliers d’écriture, et quel que soit le genre le conseil est le même : n’en parle pas, fais-le (genre pas comme moi, NDLR), et le plus honnêtement que tu peux. Beaucoup de gens parlent de ce qu’ils veulent faire mais ne le font jamais. A part ça, l’écriture érotique n’est pas bien différente du reste…

*

Voilà, j’espère que ça vous a intéressés. Pour ma part j’ai vraiment beaucoup aimé l’expérience, même si la moitié de l’interview s’est faite en anglais (ça m’a permis de me dérouiller un peu).

(7 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s