Elle écrit Elle se réfléchit dans le miroir

Lire ou écrire, il faut choisir ?

8375309003_d90e61ccde_o

Peut-être que cela ne vous a pas échappé, mais mon rythme de lecture s’est un peu ralenti ces derniers temps, et mes billets littéraires sont un peu moins nombreux. Je n’appellerai pas ça une panne, l’envie est toujours là, mais le fait est que, par je ne sais quelle conjonction astrale favorable, j’ai réussi, assez miraculeusement, quelque chose qui ne m’était jamais arrivé auparavant : parvenir à écrire en période scolaire. Avant, j’étais parasitée par le travail, qui me vampirise émotionnellement, et il m’était impossible d’écrire une ligne, même le week-end, car je ne parvenais pas à trouver l’état d’esprit nécessaire pour me plonger dans mes textes. Là, j’ai l’impression non pas d’avoir trouvé un équilibre, mais plutôt le moyen de me fermer totalement aux contingences extérieures. Je ne dis pas que c’est simple, et bien sûr je donnerais cher pour pouvoir me consacrer corps et âme à l’écriture, dont le blog est finalement un prolongement un peu récréatif, raison pour laquelle je continue à publier tous les jours : j’en ai besoin je pense, et je n’oublie pas que c’est tenir ce blog qui m’a redonné envie d’écrire, des années après avoir laissé tomber à l’adolescence (et je sais très bien quand et pourquoi).

Je suis sur deux textes à la fois, en réalité. D’un côté, je fignole mon premier roman. L’idée de le considérer comme terminé est un arrachement et j’ai l’impression qu’on va m’enlever une partie de moi, mais ce qui me rassure c’est qu’en travaillant sur les brouillons d’écrivains je me suis rendu compte que c’était un sentiment tout à fait normal. Je ne dis pas que ça m’aide beaucoup, mais au moins, ça me prouve que je ne suis pas complètement zinzin. Du coup, ma décision est prise : ce week-end, je tape la dernière strate de corrections, j’imprime, et la semaine prochaine je relie les feuillets et j’envoie à un éditeur. Oui, un seul pour l’instant, celui avec qui j’ai réellement envie de travailler, j’aviserai ensuite s’il n’en veut pas. Dans cette phase, j’ai l’impression que la lecture me parasite un peu, parce que lire me donne sans cesse de nouvelles idées (parfois sans aucun lien d’ailleurs), et que j’ai l’impression que je n’en sortirai jamais.

De l’autre côté, il y a mon soft porn, commencé sur une impulsion pendant les vacances de noël, qui fait pour l’instant une vingtaine de pages et dont je ne sais trop ce que j’en ferai pour l’instant. Je le publierai peut-être sous pseudonyme, en numérique auto-édité, et il se vendra tellement bien qu’il me rendra riche et me permettra d’arrêter de bosser (ok, je rêve). Pour le coup, écrire ce texte s’avère assez récréatif et salutaire, car il me permet de me détacher du premier, comme si passer à un autre texte facilitait l’amputation.

Bref, voilà pourquoi je lis un peu moins : c’est comme les vases communiquant, mon temps à moi (le seul vrai temps, celui dont on dispose pour faire les choses qu’on aime, les choses qui nous rendent vivants) n’étant malheureusement pas extensible à l’infini (et pourtant, je l’étend au maximum), lire ou écrire, je suis bien obligée de choisir !

35 comments on “Lire ou écrire, il faut choisir ?

  1. Bonne écriture alors! Vu la qualité de tes billets sur le blog, il me tarde vraiment que cet éditeur publie ton roman (il ne peut pas faire autrement, non?) que l’on puisse le découvrir.

    J'aime

  2. Bon courage pour ces deux livres et tiens nous au courant de tes avancées.

    J'aime

  3. Bonne rédaction à toi !

    J'aime

  4. mokamilla

    Même combat ici.

    J'aime

  5. Je suis impatiente de te lire (autrement que sur le blog !).

    J'aime

  6. Bonne chance ! 🙂

    J'aime

  7. Comme je suis curieuse de ces écrits !!! De l’un plus que de l’autre ? Oui, certainement !!!
    Continue à écrire !

    J'aime

  8. Si ton ouvrage érotique « facilite l’amputation », je ne suis pas sûr de vouloir le lire…

    Et ce n’est pas parce que les écrivains que tu as étudiés ont connu les mêmes affres que toi que tu n’es pas zinzin. Ils peuvent l’être tous et toi avec. Je pense même que c’est ça la vérité.

    Sinon, je suis super content de lire que tu as la pêche pour tes projets. A très bientôt.

    J'aime

  9. Je suis bien d’accord… Les périodes d’intense lecture bloquent l’écriture, où alors billets de blog…bien pratiques pour ne pas se plonger dans la vraie création! Qui demande je trouve un certain courage. Je ne l’ai pas toujours personnellement et je le regrette. Je te souhaite bon courage et bonne chance pour ta future publication 🙂

    J'aime

  10. Je connais aussi ces « affres » et en période d’écriture intense, autre que les billets ou les textes pour le blog, il faut que je me coupe vraiment et de la lecture et du quotidien, sinon trop d’effets Larsen ! 🙂 Quant à être édité, c’est encore une autre paire de manches (je parle d’un BON éditeur) ! Courage à toi et on croise les doigts ! 😀

    J'aime

  11. Wa félicitations!!!! j’ai hâte de connaître la suite de cet épisode!

    J'aime

  12. Je crois que justement c’est gagné quand on arrive à se couper du monde pour entrer dans sa propre petite bulle pour pouvoir écrire. J’écris depuis toujours mais de moins en moins maintenant, mon dernier lien avec l’écriture est mon blog je crois bien… (mais lire de plus en plus veut dire aussi écrire de moins en moins….) Je t’envie d’avoir réussi à t’y (re)mettre !! Je te souhaite bonne chance pour tes projets d’écriture, celui qui te tiens à coeur, et l’autre plus commercial :0)

    J'aime

  13. geraldinecoupsdecoeur

    Moi, je ne peux pas choisir et de toutes façon, ma santé ne me le permet pas. J’ai ressorti mon roman il y a 2 ou 3 semaines et je réalise qu’au bout de deux heures de corrections, je suis épuisée.
    Arriver à la fin d’une oeuvre… Pour moi, ce n’est pas tant une amputation, mais faire face au risque qu’il soit refusé, pas aimé…
    Je te souhaite du succès en tout cas, tiens nous au courant de la réponse de l’éditeur en question. Je te demande même pas qui s’est, je sais !

    J'aime

  14. vivement que l’on puisse lire votre premier roman!!!!!!!!!!!!!!!

    J'aime

  15. oh, c’est super d’écrire, j’en rêve aussi depuis des années, je m’y suis mise puis j’ai arrêté, mais un jour… !

    J'aime

  16. Quelqu’un comme Semprun ajouterait qu’il faut aussi choisir entre la littérature et la vie… alors…

    J'aime

  17. cciledequoide9

    Pour paraphraser Semprun j’ajouterais « L’écriture ou la vie »

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :