Elle lit des romans

Je vais mieux

8369768883_3f42d5340a_o

J’étais en fuite. Je me cachais de mon passé. J’avais commis le simple délit d’être moi jusqu’à présent. De vivre ma vie en m’écartant des interrogations majeures, des décisions importantes. J’étais responsable de l’état de mes relations avec les autres ; je ne pouvais plus fuir mes responsabilités. Vient un temps dans la vie d’un homme où son corps, à défaut de sa raison, lui demande des comptes.

Sitôt sorti, sitôt acheté, sitôt lu : c’est ma politique en ce qui concerne les romans de David Foenkinos, d’où le célèbre adage de mon cru : Il faut toujours avoir un Foenkinos dans sa PAL. Encore que concernant ce dernier point, ce ne soit pas toujours le cas me concernant : sinon, je ne vais pas tarder à avoir éclusé toute sa bibliographie, et alors comment ferai-je les jours sombres, pluvieux et triste où j’ai bien besoin d’une perfusion de douceur, d’optimisme, de légèreté et de délicatesse, ce dernier terme convenant à merveille à cet auteur dont les romans me transportent. Et le dernier ne fait pas exception à la règle, je ne vais pas ménager le suspens.

Un dimanche après-midi, alors qu’il reçoit des amis, le narrateur est très soudainement pris d’un violent mal de dos, assez inexplicable car il n’a rien fait de particulier. Il se met alors en quête d’une explication et d’un soulagement. Et c’est alors le début de la fin, en tout cas la fin de sa vie telle qu’il la menait.

La plupart d’entre nous le sait bien : lorsque quelque chose cloche dans notre vie, notre dos se manifeste. On dit alors qu’on en a plein le dos. Pour ma part, je me coince assez régulièrement le nerf sciatique, ce qui fait très mal et n’est pas pratique pour marcher. Et bien, c’est ce qui arrive à notre narrateur, dont nous ne connaîtront jamais le nom : il subit sa vie, et c’est son mal de dos qui le conduit à s’en rendre compte. Car, finalement, rien ne va bien dans aucun domaine, et tout ce qui dysfonctionne vient cristalliser sur ce mal de dos : son père qui endosse le rôle d' »archiviste de ses échecs » et lui rappelle constamment tout ce qu’il a loupé, sa fille qui lui reproche de ne pas s’intéresser à sa vie, son fils qui vit aux Etats-Unis et qui lui manque, sa femme qu’il aime par habitude, son travail qui ne le motive pas et où il subit le harcèlement d’un collègue. Il va alors devoir remettre en question sa docilité, qui est surtout une forme de lâcheté construite sur les mensonges dont il se nourrit pour ne pas essayer de changer les choses et le confort du quotidien, sécurisant même s’il n’est pas exaltant. Du coup, lorsque tout s’écroule autour de lui, il est bien obligé de prendre les choses à bras le corps pour reconstruire.

Et pourtant, malgré cette thématique assez sérieuse, cela reste du Foenkinos : primesautier et léger, le texte nous montre le bonheur de vivre dans l’instant, sans toujours tout préméditer. Et c’est ce que j’aime tant chez Foenkinos : sa manière pleine de délicatesse de parler des sujets qui nous touchent, des choses du quotidien, la famille, les amis, le couple, l’amour (il y a ici de très très jolies choses sur les débuts d’une histoire d’amour et la découverte de l’autre), les enfants qui grandissent, les non-dits, les sentiments. Ce sont, toujours, des romans qui font du bien, pleins d’optimisme, qu’on lit le sourire aux lèvres et qu’on referme en se disant que tout est possible, que demain est un autre jour, et que tout ira mieux.

Vous l’aurez compris, je le conseille sans aucune réserve.

*

Je vais mieux

David FOENKINOS

Gallimard, 2013

*

Les autres romans de David Foenkinos sur Cultur’elle : Le potentiel érotique de ma femme, Nos Séparations, La Délicatesse, En Cas de bonheur, Les Souvenirs

29 comments on “Je vais mieux

  1. Il me paraît un peu sombre et lêger, mais il faut effectivement faire confiance au style de l’auteur. De toute façon, je pense que cela se lit très vite et bien, alors pourquoi pas.

    J'aime

  2. Ta chronique… mais quelle chronique ! Je cours l’acheter (presque) dans l’instant (laissons le temps au librairies d’ouvrir).
    Bises 🙂

    J'aime

  3. Bon je crois que je vais rejoindre ton adage… et qu’il va rejoindre ma PAL!

    J'aime

  4. J’ai bien envie de le lire…

    J'aime

  5. Il passe la semaine prochaine dans le grande librairie il me semble….ça va , moi j’ai encore quelques romans de lui à découvrir, j’en ai lu que deux…

    J'aime

  6. J’ai été trés déçue par « La délicatesse », du coup il va me falloir plus d’une bonne critique pour me décider à le lire.

    J'aime

  7. Pour l’instant j’ai été charmée par ce que j’ai lu de Foenkinos donc celui-ci me tente forcément

    J'aime

  8. Je l’ai ai tous lus moi aussi alors celui-ci ne fera pas exception !

    J'aime

  9. Je ne suis pas fan de Foekinos et pourtant j’en ai essayé plusieurs alors je pense que je ferai l’impasse sur celui-ci aussi

    J'aime

  10. C’est la première chronique que je lis sur le dernier Foenkinos, ravie qu’elle soit positive! Je suis comme toi, je saute sur tous les foenkinos qui passent et depuis cet aprèm je suis l’heureuse propriétaire d’un exemplaire de « Je vais mieux », moi aussi du coup! -je sais elle est facile-

    J'aime

  11. Ahhhh, Foenkinos… je te rejoins, il est capable de traiter de sujets sérieux en nous donnant le sourire, il est très fort!!

    J'aime

  12. J’hésite encore… J’avoue que le « pitch » me tente moins cette fois ci…

    J'aime

  13. Arrrh, tu me fais enrager là ce soir… je suis passée à la bib, ils l’ont commendé, je suis donc en première position sur liste d’attente. Mais je sens que si ça tarde trop, je l’acheterai… Car….et là c’est toi qui va enrager… Conférence de Foenkinos à Rennes en Février !!!!!

    J'aime

  14. Lu hier dans le journée à cause… je devrais dire grâce …. à un lumbago tout moche qui m’empêchait de bouger… Et bien merci David et merci à toi! Un doux moment qui m’a fait tout oublié et qui m’a laissé avec un sourire apaisé en le refermant… Les livres sont décidément les meilleurs remèdes!

    J'aime

  15. Ping : 43ème Prix Maison de la Presse : sélection finale | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :