Challenge amoureux Elle lit des romans

L’Amour fou

8272680032_877031b910_o

Leur rencontre avait tenu à des circonstances aléatoires… À si peu de choses au fond… Bien qu’au fil de ses réflexions, elle ait fini par se rendre à l’évidence que l’amour naît à la jonction de la disponibilité latente et d’une rencontre plus ou moins fortuite, se fixant sur la première personne venue, pour peu que ses fêlures présentent une symétrie suffisante avec les vôtres, les thèmes contradictoires de l’inéluctabilité du destin et de l’interchangeabilité de l’être aimé, la plongèrent dans des abîmes de perplexité. 

Françoise Hardy vient de sortir, en même temps, un roman et un album portant le même titre : l’amour fou. Je n’ai pas écouté l’album, mais le roman, bien évidemment, a provoqué chez moi une sorte de réflexe pavlovien : dès que je l’ai vu, je m’en suis emparée. Le titre a fait « ding ». L’amour fou. Un titre qui résonne comme une redondance. Car il n’y a pas d’amour raisonnable ni sage. L’amour est fou, c’est son essence même.

C’est donc l’histoire d’un amour fou, d’une passion, entre Elle et X…

Voilà un roman qui m’a bouleversée, illuminée et enchantée et en même temps dévastée. Les phrases longues, complexes, où l’on se perd, correspondent merveilleusement au sujet : l’abîme amoureux. Car il s’agit ici d’une magistrale  variation sur le sentiment amoureux, ses incohérences, ses élans, ses mouvements disparates, ses excès, de la cristallisation à la fascination et à l’obsession. Un roman plus analytique que narratif (ce qui peut déplaire à certains) : de Elle et X, on ne sait finalement rien, ni leur nom, ni leur activité professionnelle, ni leur âge ni leur apparence physique. Parce qu’ils sont à la fois l’auteure et certains des hommes qu’elle a aimés, et tout le monde. Il y a de nombreux passages que j’aurais pu moi-même écrire, et j’ai même presque l’impression que l’auteure a creusé en moi. En tout cas une chose est sûre : pour parler du sentiment amoureux comme elle le fait, il faut l’avoir rencontré, cet amour absolu dont tout le monde parle mais que peu de gens ont la chance de connaître. Cet amour qui est un mélange de hasard et de nécessité, qui ne tient à rien mais qui n’aurait pas pu n’être pas. Cet amour qui est aussi fait de peur, la peur du rejet de l’autre, mais aussi la peur de la concrétisation de cet absolu. Ces deux personnages peu doués pour le bonheur, aux failles jumelles, m’ont bouleversée. Parce qu’ils m’ont touchée. Mais pas seulement. Parce que j’ai eu la sensation déstabilisante et dévastatrice que c’est de Moi et de Lui dont il était question dans ce roman, comme si l’auteure me connaissait, ce qui n’est a priori pas le cas. Comment l’expliquer alors ? On ne peut pas : l’histoire est totalement différente, et pourtant c’est la même histoire, la même connection un peu mystérieuse quand on sait à distance que l’autre ne va pas bien, quelque chose d’un peu mystique qui nous détache du réel.

Oui, ce roman a parlé directement à mon âme et je me suis totalement reconnue en Elle, qui analyse tout. Qui essaye de sauver un homme malgré lui, lui faire comprendre qu’on ne peut pas fuir l’amour parce qu’on a peur de souffrir, lui faire comprendre que si on l’aime ce n’est pas que l’on s’est trompée de personne et qu’on ne le connaît pas. Que si on l’aime c’est au contraire qu’on le connaît, qu’on sait ses failles et ses blessures, et que l’amour c’est justement ça, reconnaître en l’autre au-delà des apparences, ce dont nous avons besoin pour être complet, comme deux pièces d’un puzzle qui s’emboîtent parfaitement, formant un tout, et que ce tout n’est pas fait que de positif : nos manques, nos faiblesses, nos blessures, nos indignités, nos échecs et nos lâchetés nous constituent autant que nos grandeurs et nos victoires. Lui faire comprendre que l’amour, ce n’est pas une fusion d’entreprise, et que la phrase « je n’ai rien à apporter » n’a aucun sens. Le bonheur semble si simple et si proche alors qu’il est pourtant si loin et pavé de douleur. Les douleurs que l’autre nous inflige mais dont il est aussi la première victime. Les douleurs qui ne sont rien comparées au paradis auquel elles mènent. Même s’ils ne sont qu’illusoires et irréels.

L’Amour Fou

Françoise HARDY

Albin Michel, 2012

 

(24 commentaires)

  1. Ton article fait tilt en moi tout comme le titre, l’extrait choisi m’a donné la chair de poule et déjà je sais que j’irais acheter ce livre dans la journée (même si des dizaines d’autres sommeillent déjà au pied de mon lit attendant d’être lus).
    Merci de me faire découvrir toujours les titres que j’ai besoin de lire au moment où j’en ai le plus besoin,
    Bises
    P.S : j’ai adoré « l’amour commence en Hiver ». Je me suis perdue au début entre les phrases courtes du quotidien et les pensées des personnages et puis je me suis laissée complètement emportée par la poésie de l’auteur et de leur histoire. Je le relirais je pense avant de le chroniquer sur mon blog, mais je voulais te remercier de me l’avoir fait découvrir.

    J'aime

  2. J’aime beaucoup ton blog même si c’est la première fois que je commente. Je trouve magnifique la définition que tu donnes de l’amour fou, ton dernier paragraphe est sans doute un écho du très beau livre que tu as lu mais aussi le reflet poignant d’un vécu. Je suis professeur de français comme toi, et ce que je rêve de transmettre à mes élèves c’est cette émotion qu’est la littérature, le miracle de se lire dans les mots d’autrui mieux qu’on n’aurait su dire.

    J'aime

  3. « comme si l’auteure me connaissait, ce qui n’est a priori pas le cas… »

    Ah ! So you think !

    (Deep, painful, metallic breath)

    I AM YOUR MOTHER !

    J'aime

  4. Depuis sa sortie je me demandais si j’allais le lire et quand j’allais me décider… Je vais sans doute finir par craquer… Pour l’instant je me contente d’écouter l’album du même nom. Ses mots passent toujours très bien en musique

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s