Éloge de la gourmandise

La gourmandise est un désir d’aliments jugés particulièrement agréables, que certains moralistes et certaines doctrines religieuses peuvent considérer comme un défaut ou une faute. Dans les religions abrahamiques, la gourmandise est opposée aux enseignements de modération. Dans la religion chrétienne, la gourmandise, c’est-à-dire au sens moderne de la gloutonnerie, est un des sept péchés capitaux et s’oppose à la tempérance.

La gourmandise, c’est être vivant. C’est se laisser aller aux plaisirs simples du quotidien, c’est se laisser aller aux petites joies de l’existence. C’est refuser la tristesse de l’ascèse, l’austérité de la tempérance, le sacrifice de soi aux relents de puritanisme. C’est être attentif à la richesse du monde et à ce qu’il nous offre.

La gourmandise, c’est être exigeant. C’est rechercher le meilleur. Etre gourmand, c’est une quête d’idéal, sans cesse renouvelée dans la diversité.

La gourmandise, c’est la chair autant que la chère. Etre gourmand, c’est être attentif à son corps, à ce qu’il désire, à ce qui lui fait plaisir. Un bon plat peut à l’occasion mener au plaisir suprême, extase, orgasme gustatif. La gourmandise est presque aussi bonne que la luxure…

La gourmandise, c’est la rébellion, le refus de se plier aux règles hygiénistes et paternalistes que veut nous imposer la société. Cinq fruits et légumes par jour. Pas trop gras, pas trop sucré, pas trop salé. Buvez (de l’eau), éliminez. Etre gourmand, c’est être libre, c’est refuser la culpabilisation du plaisir.

La gourmandise, c’est la sociabilité. Un bon vin, un bon gâteau s’accompagnent à merveille d’un ami, et quel plus merveilleux bonheur que de refaire le monde autour d’un bon repas, entouré de ceux qu’on aime ?

(La photo a été prise au Loir dans la théière (rue des rosiers, près de la Place des Vosges), qui propose des gâteaux si indécents qu’ils sont régulièrement en photo sur Instagram. En l’occurrence, il s’agit de la fameuse tarte au citron meringuée, que je rebaptiserai pour ma part tarte à la meringue citronnée. Une vraie gourmandise menant à l’extase gustative).

33 réponses sur « Éloge de la gourmandise »

  1. Alpha

    Ce qu’il y a de bien avec cette tarte, c’est qu’aussitôt après avoir été gourmand, on se sent paresseux. Deux péchés pour le prix d’un.

    J'aime

  2. Fleur

    Il faut absolument que je garde cette adresse en tête ; quand j’ai vu la photo, je me suis tout de suite dit « Oh mon dieu » tellement cette part de tarte est magnifique!

    J'aime

    1. L'Irreguliere

      Ah ben là je pense que pour qu’il soit décent, il ne faut rien manger à côté (je t’assure, il est gigantesque et même à 16h et en n’ayant mangé qu’un petit bagel à midi, j’ai eu du mal à le finir…)

      J'aime

  3. L'or des chambres

    Cette tarte c’est un vrai « pousse à la gourmandise » c’est terriblement frustrant de seulement pouvoir la contempler alors qu’on aurait qu’une seule envie : la déguster !! (et c’est une vraie gourmante qui te le dit :0)

    J'aime

  4. Géraldine

    Je suis bien apte de la liberté, mais ai encore quelques combats à mener contre la culpabilité. Mais là, en l’instant présent, je vais aller me chercher un paquet de mikado king !

    J'aime

  5. Ping: Luxure et gourmandise… | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.