Paresse. Procrastination. Oisiveté. Acédie.

 

La paresse (du latin pigritia) est une propension à ne rien faire, une répugnance au travail ou à l’effort. Considérée comme un péché dans la religion catholique, elle est élevée au rang de valeur par certains courants contestataires.

On considère souvent mal la paresse. C’est un défaut, voire un péché capital (en réalité, la « paresse » désigne alors l’acédie qui est la paresse spirituelle, le dégoût pour la prière, la pénitence, la lecture spirituelle. Mais bref). Mais paresser, ce n’est pas ce que l’on croit…

Paresser, ce n’est pas ne rien faire. C’est écouter la respiration du monde, se mettre à son rythme. Lent.

Paresser, c’est se laisser aller à la contemplation, à la rêverie. Et donc à la création. Paresser, c’est donc créer. Créer des chimères, créer un autre monde, un autre espace, une autre vie.

Paresser, c’est résister. Résister au bruit, à la fureur, à la course effrénée au profit, à la compétition.

Paresser c’est se laisser aller à la vraie vie. Il n’y a qu’à regarder le chat, animal paresseux par excellence, qui passe ses journées alangui sur la couette ou au coin du feu. N’est-ce pas lui qui a raison ?

(Avec ce texte je commence une série sur les péchés capitaux, qui durera a priori, et de manière fort logique, sept semaines…)

23 comments on “Eloge de la paresse

  1. J’aime ce genre de paresse-là, le beau farniente!

    J'aime

  2. J’aime cette idée « paresser c’est résister à la compétition ». Il me tarde de voir les autres péchés

    J'aime

  3. Grande rêveuse j’adore les moments de paresse, indispensable à mon équilibre, mes chats sont totalement d’accord avec toi et nous cultivons cette qualité 🙂
    à bientôt pour d’autres « péchés »

    J'aime

  4. mokamilla

    En faire un art de vivre…

    J'aime

  5. Tout à fait d’accord avec cette définition! on devrait en faire plus souvent un leitmotiv! sortir de la vitesse de la vie… ça tombe à point pour un beau dimanche!

    J'aime

  6. Vu comme ça, ça n’est pas du tout un péché !!!

    J'aime

  7. Ping : Work in progress : un sweat pour cocooner « L'heureuse imparfaite

  8. Quelle bonne idée. J’ai lu un livre que j’avais beaucoup aimé « éloge de la paresse ». Versant décroissance mais finalement, c’est sans doute le seul moment où on se rencontre que l’on respire.

    J'aime

  9. Bon, faut effacer mon précédent commentaire car je ne sais même plus écrire (fatigue, super fusée de piou piou qui me passe sous le nez, bref). « Où l’on se rend compte » est beaucoup mieux que ma précédente version.

    J'aime

  10. Très beau billet, moi, j’ai l’impression de paresser contre mon gré… J’attends ton billet sur la gourmandise et la luxure !

    J'aime

  11. J’aime beaucoup cet article, voir la paresse sous toutes ses formes, c’est très intéressant. Du coup, la paresse, c’est plutôt sympa vu comme çà!
    Très beau site en tout cas!

    J'aime

  12. J’adore tes mots pour définir la paresse… et du coup elle n’en ai plus du tout, pour devenir quelque chose de tout à fait intéressant… C’est un péché qui me va bien… Je suis une grande rêveuse et j’ai besoin de prendre de grandes parenthèses dans ma vie… Une vie sans fenêtre sur « l’ailleurs » n’est pas une vie intéressante… (a mon sens) J’ai hâte de voir tes autres définitions sur les autres péchés capitaux :0)

    J'aime

  13. Ping : La paresse | Pearltrees

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :