Romans

Une place à prendre

Barry Fairbrother ne voulait pas aller dîner. Une migraine épouvantable le harcelait depuis le début du week-end, et il était embarqué dans une course contre la montre pour rendre un article à temps avant le bouclage du journal local.

Evidemment, j’étais très curieuse de le lire. Lorsque je l’ai reçu, ma première réaction a été de me dire que décidément, J. K. Rowling ne savait pas faire dans le condensé, et j’ai remis cette lecture à plus tard, lorsque j’aurais du temps, car même dans le sac à main de Mary Poppins, ce pavé est difficilement transportable. Mais voilà, ma curiosité a été plus forte que mes bonnes résolutions pratiques, et je n’ai pas pu attendre les vacances pour me plonger dans ce roman, surprenant à de nombreux égards.

Lorsque Barry Fairbrother, membre éminent du conseil paroissial de la petite bourgade de Pagford, meurt d’une rupture d’anévrisme, l’évènement fait l’effet d’une bombe au sein de la communauté. Plus, il ravive de vieilles querelles. Car la place qu’il laisse fortuitement vacante intéresse du monde, et de cette place dépendent beaucoup de choses…

Voilà un roman qui s’avère vite prenant. Dès le départ, on passe d’un personnage à l’autre, et les points de vue, souvent divergents, alternent au point que l’on en a parfois le tournis : en effet, le lecteur a un peu tendance, au début, à se mélanger les pinceaux dans cette foule, mais bien vite les caractères émergent avec évidence, et là est pour moi l’une des forces de Rowling : donner vie à de véritables personnalités, qui suscitent de véritables émotions, de la haine violente (pour le personnage de Simon Price par exemple, dont j’aurais voulu qu’il meure dans d’horribles souffrances ou au moins que son fils finisse par lui mettre le poing dans la figure qu’il mérite) à la profonde empathie (pour Krystal Weedon, essentiellement). Quant à l’histoire, elle est remarquablement maîtrisée : on à l’impression, au départ, que l’on va avoir affaire à une espèce de comédie de moeurs types querelles de Clochemerle, d’autant que certains passages ne manquent pas d’un certain humour. Mais ce n’est pas une comédie, et si humour il y a, il se montre très vite bien noir. Car il y a dans ce roman une grande violence, quelque chose d’insoutenable dans cet affrontement entre les bien-pensants de Pagford et les exclus de la cité, où les gens vivent dans la précarité, rejetés de tous parce qu’ils n’entrent pas dans le moule. Mais si cette cité est au coeur des enjeux de la mort de Barry, il ne faut pas croire que le « vrai » Pagford est pour autant un paradis. Au final, rien, dans ce roman, n’est épargné au lecteur des misères et perversions humaines : racisme, violence, misère sociale, drogue, harcèlement moral, inceste, viol, automutilation, tout est là. Pagford, c’est un concentré de haine, de mesquinerie, une véritable antichambre de l’enfer. Des vies sont brisées, des innocents se transforment en monstres, et le tout se transforme en tragédie, avec une fin qui, je l’avoue, m’a fait pleurer.

Un très bon roman, noir, violent, à ne pas mettre sans doute entre toutes les mains, mais si vous avez le coeur bien accroché, n’hésitez pas. Stephie est du même avis !

Une Place à prendre

J. K. ROWLING

Grasset, 2012

challenge album

10/14

By Hérisson

55 réflexions sur “Une place à prendre

  1. Ton avis a été déterminant dans le choix d’acheter ou non le roman : j’avais lu de mauvaises critiques, mais comme j’aime les tiennes, je vais le lire. Merci encore.

    J'aime

  2. Non non, je ne lis pas ton billet : je suis en train de le lire et je l’emmène avec moi en vacances ! Je lirai ton billet une fois la dernière page tournée ! 😉

    J'aime

  3. Oh ! je débarque complètement mais j’adore cette nouvelle version de ton blog !
    Comme toujours j’ai dévoré ta chronique, je ne peux maintenant plus repousser davantage l’heure de me plonger à mon tour dans ce pavé !
    Bises

    J'aime

  4. Je crains que ce roman ne soit trop noir pour moi et les romans avec une multitude de personnage ne sont pas trop mon truc non plus… Alors ce ne sera pas pour tout de suite, même si je suis curieuse de lire quelque chose de totalement différent de HP.

    J'aime

  5. Pingback: Délivrer Des Livres » Une place à prendre – JK Rowling

  6. Je suis curieuse de lire les billets des copines, mais moins de lire le livre en fait. Puis que je n’ai jamais été atteinte (ni coté livre ni côté ciné) par la potter mania !

    J'aime

  7. Pingback: Une place à prendre | Thé, lectures et macarons

  8. Pingback: Une place à prendre – J.K. Rowling |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s