SAS – L’Abominable Sirène

Sans titre

La Saint-Jean au Danemark, c’est assez fabuleux. Pendant douze heures, une orgie sexuelle à l’échelon d’une nation. Pris d’une sorte de frénésie, tout ce qui a entre quinze et trente ans se livre joyeusement aux joies de la fornication bucolique avec comme seul critère le consentement réciproque des partenaires. Il paraît même que nombre de vieilles filles profitent du couvert de l’obscurité pour combler des rêves impossibles à réaliser autrement.

Après OSSEX, je poursuis avec cet ouvrage mes investigations ô combien instructives dans la bibliothèque paternelle qui, comme vous pouvez le constater, contient quelques pépites…

Il s’agit du treizième opus de cette série de romans de gare alliant espionnage, exotisme et érotisme. Son Altesse Sérénissime Malko Linge, agent non-officiel de la CIA et vrai prince (d’où le SAS), est chargé de récupérer à Copenhague un transfuge d’Allemagne de l’Est. Travail a priori tranquille pour lui qui se remet à peine de graves blessures. Mais il n’est pas le seul à vouloir le trouver, ce transfuge…

Je ne me verrais pas vraiment lire ça dans le train, vu la couverture. De fait, ce n’est de toute façon pas vraiment une lecture pour une femme de ma classe et de mon raffinement ! Mais qu’est-ce que c’est divertissant ! On est très loin du mummy porn, là c’est du roman de mec, pas si mal écrit qu’on ne pourrait le craindre, et assez instructif d’un point de vue géopolitique, pour peu qu’on s’intéresse à la guerre froide (ceci dit, cet aspect, qui faisait le succès des romans car l’auteur se documentait de manière très précise, a pas mal vieilli). Quant à Malko, c’est une espèce de mélange entre James Bond (pour le côté espion) et lord Brett Sinclair (pour le côté sang bleu, et d’ailleurs sa fiancée l’appelle « Mon Altesse », tout comme Wilde appelait Sinclair « Ton Altesse »… oui j’ai des références de dingue !). C’est terriblement sexiste bien sûr, mais quand même, ce Malko, un vrai fantasme sur pattes. Par contre, c’est hyper-violent, alors que côté érotisme, c’est un peu léger-léger. Et, j’avoue, il m’a fallu 10 minutes après avoir refermé le livre pour comprendre le plan final tiré par les cheveux de Malko ! Mais bon, je me suis quand même bien amusée avec cette lecture vintage…

SAS – L’Abominable Sirène

Gérard DE VILLIERS

Plon, 1969

64652259 p

By Stephie

 

2 réponses sur « SAS – L’Abominable Sirène »

  1. estellecalim

    J’adore la couverture si suggestive… Tu sais qu’avant le numérique, il y avait des cache-couverture pour que les romans Harlequin puissent être lus dans les transports en commun ? Désormais, l’éditeur fait plus de 60 % de ses ventes en numérique, notamment à cause de ces couvertures (mais moi j’aime bien choquer mes voisins de train ;D )

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.