Fifty Shades of Grey

Fiftyfifty

I don’t make love. I fuck… hard

Curieuse et téméraire comme je suis, je ne pouvais pas passer à côté de cet évènement éditorial (j’ai du mal à dire littéraire) qu’est Fifty Shades of Grey, et tant qu’à faire, je l’ai lu en anglais, cela me donnait au moins la bonne conscience d’améliorer ma pratique de cette langue…

Comme sa colocataire et meilleure amie Kate est grippée, c’est Ana, la narratrice, qui se charge d’aller interviewer le richissime industriel Christian Grey, pour le journal de l’université. Riche, mais également jeune et très beau, terriblement attirant et troublant. Mais la ressemblance avec Jonathan Hart s’arrête-là : il est également horriblement orgueilleux et arrogant. Ana, pour sa part, manque horriblement de confiance en elle, marque un complexe d’infériorité vis-à-vis de Kate et, à la veille de son diplôme, est toujours vierge. Bientôt, Christian lui propose un étrange contrat : devenir sa « soumise »…

Alors, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce roman est affreusement répétitif. Dans les expressions d’abord : Christian, à chaque page, fronce les sourcils (ou les hausse, cela dépend), Ana rougit, et quand il la… mmmhhhh, vous voyez quoi, il lui dit « je vais te faire jouir », « viens pour moi » et des trucs du genre que je ne supporte pas, surtout qu’en outre, il l’appelle « bébé », et ça, ça me file des allergies. Bref, on ne peut pas dire que ce soit bien écrit, mais bon, à la limite, ce n’est pas vraiment ce qu’on demande à ce genre d’ouvrages, n’est-ce pas. Donc en ce qui concerne la dimension « émoustillante »… et bien, j’ai envie de dire que là encore, c’est affreusement lassant au bout d’un moment. Alors, pas tant dans les façons de faire les choses (il y a d’ailleurs plein d’idées, hanhan, et je dois avouer que l’une des scènes m’inspire beaucoup ? oui, j’aime bien me transformer en esclave sexuelle. Chuuuutttttt) que dans les choses elles-mêmes. Disons que toute la première partie est assez addictive, on sent monter la tension, et c’est assez intéressant. Mais au bout d’un moment, personnellement, j’en avais un peu marre de les voir se sauter dessus à la moindre occasion et baiser sauvagement comme des animaux en chaleur (et Ana avoir un orgasme au bout de 30s, aussi). Vous me direz que oui, mais que c’est du « porn », donc c’est un peu normal. Soit. Et bien voilà : c’est lassant comme un film porno. Quant au côté SM… pas d’inquiétudes, c’est du SM gentillet.

Et puis, je dois dire, autre chose m’a ennuyée quant à la psychologie des personnages. Nous avons d’un côté un Christian Grey absolument fascinant, torturé, profond, un vrai personnage énigmatique dont on a envie de sonder les mystères, et de l’autre une nounouille évanescente, plate, sans aspérités, une gamide, certes relativement modelable (et encore) mais pas intéressante pour deux sous, et pendant tout le roman je n’ai cessé de me demander ce qu’il fabriquait avec elle. C’est d’ailleurs finalement le seul point commun que j’ai trouvé avec Twillight : la bécasse qui sert d’héroïne.

Bon, par contre je vais tout de suite envoyer les féministes dans les cordes (oui, parce que j’ai lu qu’elles étaient outrées, fantasme de domination bouhhhhh vilain c’est pas beau) : ce fantasme existe, certaines femmes ont ENVIE d’être dominées (au lit, s’entend ici, mais aussi pourquoi pas dans la vie) et après tout, chacun fait bien ce qu’il veut. Après, il est sans doute mieux traité ailleurs, j’en conviens. Donc dire que ce roman n’est pas un chef-d’oeuvre de la littérature, je veux bien, dire qu’il est une insulte aux femmes, faudrait peut-être pas abuser non plus.

Maintenant la question : lirai-je la suite ? Probablement oui, parce que j’ai quand même envie de savoir où tout cela va mener.

Ce volume sortira en français en octobre chez Lattès, et il serait question d’une adpatation au cinéma, Brett Eston Ellis en ayant racheté les droits (mais à part un film porno, je ne vois pas bien ce qu’il peut en faire…)

64652259 p

 By Stephie

 

2 réponses sur « Fifty Shades of Grey »

  1. insatiable_de_mots

    Pas du tout d’accord avec cette critique. Personnellement je trouve que l’héroïne a beaucoup de caractère. De plus le livre en lui même est très absorbant et pas du tout lassant, et le reste de la trilogie en dépend. Plus encore, je ne crois pas que le style de cette œuvre découle du « porno ». Et c’est bien dommage que vous n’ayez pas saisi l’histoire en elle même bien que dès le début les scènes hard sont de mise, on distingue bien une attraction plus que physique entre les personnages. Bref, nos avis sont divergents et je regrette que vous n’ayez pas perçu l’histoire d’amour dont dépend la trilogie au point de l’associer à un genre aussi vulgaire que le pornographique.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.