Elle lit des textes biographiques et autobiographiques

Le diable par la queue, de Paul Auster

Aux environs de la trentaine, je suis passé par une période de plusieurs années pendant laquelle tout ce que je touchais allait à l’échec. Mon mariage s’achevait en divorce, mon travail d’écrivain s’enlisait et j’étais accablé de problèmes d’argent. Je ne parle pas simplement de pénurie occasionnelle, ni de l’éventuelle obligation de me serrer quelque temps la ceinture, mais d’un manque d’argent constant, écrasant, quasi suffocant, qui m’empoisonnait l’âme et me maintenait dans un état de panique sans bornes.

Il se trouve que je n’avais jamais rien lu de Paul Auster, malgré le bien que j’en avais toujours entendu dire, et malgré le fait que j’apprécie beaucoup ce qu’écrit sa femme, Siri Hustvedt (réflexion bête d’ailleurs car ça n’a rien à voir. Mais bref). Or il se trouve que j’avais ce livre dans ma PAL (ne me demandez pas comment, pourquoi ni même depuis quand : je n’en sais rien) et l’autre jour que je cherchais un truc court et léger, je me suis lancée dans la lecture de ce livre qui se compose de deux textes.

Le premier texte, Le Diable par la queue, est une autobiographie, mais une autobiographie particulière, car elle choisit un angle peu banal : celui de l’argent. Le narrateur nous raconte sa vie suivant les aléas et les fluctuations de son compte en banque. C’est drôle, c’est intelligent, c’est intéressant car Auster ne manque pas de nous parler à l’occasion de son rapport à l’écriture, on a parfois l’impression de lire un roman picaresque, bref, c’est une lecture extrêmement plaisante.

Le second texte, Pourquoi écrire ?, est très court : il se compose de cinq petits chapitres où sont narrées des anecdotes de la vie quotidiennes, mais suffisamment étonnantes et intrigantes pour qu’on aie éventuellement envie de les écrire.

Je me suis vraiment régalée avec ce livre, qui constitue à mon avis une bonne porte d’entrée dans l’oeuvre de Paul Auster, que je ne manquerai pas de continuer à découvrir. Je n’ai pas l’impression que ces deux petits textes soient si connus que ça, même des lecteurs habituels d’Auster, mais pour ma part je vous le conseille vraiment pour son originalité !

Le Diable par la queue suivi de Pourquoi écrire ?
Paul AUSTER
Actes Sud, 1996 (Livre de Poche, 2000)

1 comment on “Le diable par la queue, de Paul Auster

  1. Ping : Excursions dans la zone intérieure, de Paul Auster | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :