Dans les quelques histoires fantastiques que j’avais lues par le passé, l’annonce au héros de ses pouvoirs surnaturels se faisait toujours dans l’allégresse. Une épiphanie, comme aurait dit Mrs Darwin. Un flash de joie et de lumière. Mais là, j’avais l’impression d’avoir à faire à un prof épuisé qui m’expliquait comment j’allais gagner un demi-point supplémentaire à mon contrôle d’algèbre.

Après avoir dévoré Non-Stop, il était évident pour moi que je relirais Frédéric Mars dès que possible. L’occasion ne s’est pas beaucoup faite attendre, puisqu’il vient de sortir le premier tome d’une nouvelle série : les écriveurs.

L’île d’Hometone n’est pas une île comme les autres : totalement inconnue du reste du monde, elle est constamment entourée d’une chape de cendres et de vapeur venues du volcan et qui lui donne une uniforme couleur grise. Mais sa géographie n’est pas sa seule particularité, comme va bientôt l’apprendre Lara Scott, une adolescente dont l’existence ressemble beaucoup à la vie de i-soeur est en train d’essayer de la tuer, elle se rend compte qu’elle est capable d’écrire les événements qui doivent se passer. Parce que c’est là le don des habitants d’Hometone : ils sont les écriveurs, maîtres du destin de centaines de milliers de terriens…

Alors c’est évident : je n’ai pas reposé ce roman avant de l’avoir terminé. Heureusement, comme c’est plutôt a priori destiné aux adolescents, ce n’est pas trop trop long, ce qui a permis que ma nuit ne soit pas trop amputée. Car réellement, il s’agit d’un excellent page-turner, et d’un excellent premier tome de série dans la mesure où il y a suffisamment de suspens et d’action pour que cela reste intéressant de manière autonome, mais aussi des questions qui restent sans réponses, et évidemment appellent une suite (qui promet d’être grandiose). Je me suis personnellement beaucoup attachée au personnage de Lara, que j’ai adoré regarder découvrir ses pouvoirs et se poser des questions… métaphysiques on va dire, tant il est vrai que le fait qu’il y ait des « écriveurs » entraîne des interrogations assez verigineuses il faut bien l’avouer (et d’ailleurs, j’aimerais bien dire deux mots au mien, si c’est possible). Je n’en dirai pas plus pour ne pas déflorer trop les choses et parce que je suis sûre que vous allez vous précipiter dessus, mais vraiment ce roman est excellent ! Vivement le second tome !

Et si vous n’êtes pas complètement convaincu, allez lire l’avis de Stephie

Les Ecriveurs #1 La cité Lumineuse

Frédéric MARS

BAAM, 2012

 

1 comment on “Les écriveurs

  1. Ping : Les écriveurs 2 – Le Cimetière des histoires perdues, de Frédéric Mars | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :