Elle lit

Echecs (et mat…)

Votre Irrégulière préférée est très dépitée.

Voilà, je ne vous parle jamais des livres que je ne parviens pas à finir, que j’abandonne. Et si je ne vous en parle jamais, c’est qu’en réalité, ça m’arrive peu souvent, de me tromper. Je crois que je me connais assez bien et que je sais choisir les bons. Or, là, coup sur coup, deux livres me sont tombés des mains, et j’avais envie de vous en parler quand même.

Le premier est un roman qui a eu beaucoup de succès et a été très apprécié par certains, comme par exemple Choco. Il avait tout pour me tenter, puisque le résumé me parle d’une exceptionnelle histoire d’amour interdite entre Molly Allgood, une actrice, et le dramaturge John Millington Synge. Làs, de cette histoire d’amour, lorsque j’ai abandonné ma lecture, je n’avais pas vu grand chose : tout le début du roman nous montre Molly devenue vieille et presque SDF, errant dans Londres à la recherche de quelque moyen de subsister. J’ai cru mourir d’ennui tant ces pérégrinations ne m’intéressaient pas le moins du monde. Je n’ai pas non plus aimé le parti-pris narratif, ni l’ambiance. Une grosse déception donc.

Muse

Joseph O’CONNOR

Phébus, 2011

Le deuxième est un recueil de nouvelles de Claire Castillon, au titre plutôt tentant, et que j’avais acheté à sa sortie, il y a quelques années. Je me souvenais ne pas avoir achevé cette lecture, mais je ne me souvenais pas pourquoi, je lui ai donc donné une seconde chance. Malheureusement, j’ai vite compris pourquoi j’avais laissé tomber. Le style de Claire Castillon n’est pas en cause : elle a du talent, c’est certain. Mais comment dire… j’ai été totalement écoeurée par ces nouvelles et par la vision qu’elles donnent de l’amour. C’est pessimiste, c’est glauque, c’est triste, c’est cynique, et surtout c’est malsain. Si je vous dis que j’ai jeté l’éponge à la deuxième histoire d’inceste alors que je n’étais même pas au milieu du livre, ça vous donnera une idée. Tout le reste est à l’avenant.

On n’empêche pas un petit coeur d’aimer

Claire CASTILLON

Fayard, 2007

Donc voilà, votre Irrégulière préférée est dépitée. Parce qu’elle n’aime pas les rendez-vous manqués, elle n’aime pas ne pas aimer un livre, elle n’aime pas les livres qui ne tiennent pas leurs promesses…

 

0 comments on “Echecs (et mat…)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :