On pouvait me voir ? Peu m’importait. De même qu’en pays étranger on ne se sent obligé de respecter que superficiellement des coutumes qui ne sont pas les nôtres, je n’avais désormais d’autre loi que la mienne. Et ma loi, c’était mon sexe, qui rendait mon corps unique et universel, insoumis et lumineux.

Comment, on est déjà le premier mardi du mois ? Et oui, et c’est même le premier mardi de l’année. Autant de raisons pour succomber à la tentation et oser les lectures les plus folles, comme nous y invite notre Stephie ! Pour ma part, j’ai choisi une nouvelle d’Alina Reyes, que j’ai lue le 31 décembre, histoire de « bien » terminer l’année !

La narratrice, qui vient de perdre son travail, décide de tout plaquer et de vivre sa vie selon ses propres lois. Ce qui signifie pour elle ne plus se consacrer qu’à elle-même, et ne trouver de satisfaction que par elle-même…

Alors… comment dire… je suis restée sur ma faim. J’ai trouvé ce texte profondément pervers et dérangeant, comme du reste c’est souvent le cas avec Alina Reyes, me suis-je laissé dire. Mais bon, ce n’est pas encore le plus ennuyeux. Le plus ennuyeux, c’est que j’ai quand même eu l’impression qu’il y a tromperie sur la marchandise : sur la couverture, il y a écrit « érotisme ». Or d’érotisme, je n’ai point vu. Pourtant j’avais mes lunettes. De la pornographie, oui, au sens étymologique du terme, avec la description plutôt complaisante, mais finalement analytique et assez froide, de tout ce qu’il y a de plus obscène. Mais quand on me parle d’érotisme, je m’attends tout de même à être un minimum émoustillée. Bon ben là c’est loupé, j’ai trouvé le texte aussi sensuel qu’un traité de physique. Je me suis ennuyée : la narratrice passe son temps à se masturber, toute seule, sans aucune interaction (ou si peu que pas) avec d’autres individus. Moi ça me laisse de marbre, tout cela… Alors qu’après le texte veuille dire des choses sur certains sujets, comme l’exclusion et la folie, oui, que cela soit plutôt bien trouvé et relativement intéressant, oui, mais ce n’est pas érotique…

L’Exclue

Alina REYES

HFA, 1998

64652259 p

 By Stephie

 

0 comments on “L’exclue

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :