Sauver Noël

Inutile, depuis ce jour (ce que l’on appelle dans le monde féerique le Grand Départ), inutile d’espérer croiser un troll ou une nymphe sur votre route : ils n’y sont plus ! L’homme vit depuis dans un monde privé de magie. On ne trouve plus trace d’elle que dans les contes pour enfants. Toute cette population de créatures subsiste désormais loin de nous, loin de notre planète, en ce recoin isolé du ciel, aux confins de Pégase, du Verseau et du Dauphin.

L’an dernier à la même époque, j’avais lu L’Arche de noël et autres contes, et j’avais été émerveillée par la magie de ce recueil. Du coup, je m’étais promis que je lirais cette année un autre volume de la série d’histoires de noël de Romain Sardou. Le temps a passé vite, finalement, et nous voici déjà à la date voulue. Bon, comme je ne suis décidément ni logique ni disciplinée, mon choix ne s’est pas porté sur le premier, une seconde avant noël, mais sur la suite, Sauver Noël. Ce qui n’a du reste rien enlevé à mon plaisir.

Depuis que les créatures magiques, tant bonnes que mauvaises, ont déserté la terre il y a de cela des centaines d’années, l’homme vit dans un monde sans magie. Mais en 1853 a eu lieu un évènement qui a réintégré un peu de merveilleux dans la vie : Noël. Au matin du 25 décembre, tous les enfants du monde ont trouvé un cadeau au pied du sapin qu’on leur avait demandé d’installer. Mais en faisant cela, les créatures magiques bénéfiques ont créé un précédent qui pourrait bien leur coûter cher… à Londres, en ce mois de décembre 1854, il semble en effet se passer de drôles de choses. Alors que tout le monde se demande si la magie se reproduira, Gloria Pickwick, gouvernante ma foi fort pittoresque, voit d’un mauvais oeil l’arrivée d’un nouvel habitant au 6bis Collins Square : le baron Ahriman…

Ahhhhh, quel émerveillement. En lisant cette histoire, on a décidément l’impression de devenir un enfant qui croit toujours en la magie. C’est drôle (surtout lorsque le narrateur intervient directement et interpelle le lecteur), c’est poétique, c’est tendre, c’est touchant, c’est plein d’espoir et de bons sentiments… et tout cela fait vraiment du bien dans un monde qui n’a décidément rien de magique. J’admire l’imagination débordante de Romain Sardou, qui fait mouche aussi bien dans le genre du conte de noël que dans celui du thriller, qui sait nous raconter des histoire et faire pétiller nos yeux d’étonnement et d’émerveillement, le tout dans un style parfaitement maîtrisé et servi par une culture que l’on sent solide même si elle ne s’étale pas outrageusement à toutes les pages ! Vraiment, du pur bonheur !

Une chose est sûre : l’an prochain, je lis le premier épisode (si j’arrive à attendre jusque-là).

D’autres l’ont lu : Lancellau, Noukette, Stephie, Calypso, Kalistina, Lasardine, Pimprenelle…

Sauver Noël

Romain SARDOU

XO, 2006 (Pocket, 2008)

 

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.