Elle lit des romans

L’envie, de Sophie Fontanel

Pendant une longue période, qu’au fond je n’ai à coeur ni de situer dans le temps ni d’estimer ici en nombre d’années, j’ai vécu dans peut-être la pire insubordination de notre époque, qui est l’absence de vie sexuelle. Encore faudrait-il que ce terme soit le bon, si l’on considère qu’une part colossale de sensualité a accompagné ces années, où seuls les rêves ont comblé mes attentes – mais quels rêves -, et où ce que j’ai approché, ce n’était qu’en pensée – mais quelles pensées.

J’aime énormément Sophie Fontanel, dont je lis régulièrement le blog et les articles drôlissimes dans ELLE. Pourtant, je n’avais encore jamais franchi le pas de lire un de ses romans, mais celui-ci me faisait de l’oeil depuis sa sortie, car bizarrement il trouvait un écho en moi, et que j’avais donc, logiquement, envie (hihi) d’en savoir plus.

Un jour, la narratrice décide de ne plus avoir d’activité sexuelle. Enfin, ce n’est pas tant qu’elle décide : c’est son corps qui ne veut plus. Elle n’a plus envie, le corps des hommes ne l’intéresse plus. Mais après une période où tout le monde la soutient, elle se heurte à l’incompréhension de son entourage…

Alors je ne sais pas si c’est que j’en attendais trop, mais je n’ai pas plus aimé ce roman que ça. Disons que je suis restée à quai. J’ai aimé l’écriture, le style, le sujet donc m’intéressait, mais pour autant je n’y ai pas trouvé de quoi me « nourrir ». Surtout, je n’ai à aucun moment compris les « motivations » de la narratrice, comme si le fait de comprendre pourquoi subitement elle n’a plus envie des hommes n’était finalement pas très important. Bon, je veux bien, mais moi, ça me paraissais essentiel de comprendre (ou au moins chercher à) comment du jour au lendemain on rejette ce qu’on aimait la veille, alors que cela ne peut que poser des questions à soi et à l’entourage. Or, si l’entourage se pose des questions, la narratrice finalement pas tellement. Enfin un peu, il y a bien l’évocation de certains évènements, mais pas tant que ça, ce n’est pas assez creusé. De même, j’ai trouvé la fin un peu abrupte, un peu ésotérique quelque part comme si finalement c’était le destin, même si ce n’est pas présenté comme ça. Enfin bref, mon sentiment sur ce livre est en demi-teinte, même si je n’hésiterai pas à lire d’autres romans de l’auteur (et d’ailleurs j’en ai un autre qui attend son tour dans ma PAL…).

Les avis de : Aifelle, Keisha, Stephie, Sylire, Géraldine, Clara

L’Envie
Sophie FONTANEL
Robert Laffont, 2011

RL2011b

 Challenge 1% Rentrée Littéraire 2011, 8/7 j’attaque le 2%
By Hérisson

 

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s