Elle lit des romans Elle lit des textes biographiques et autobiographiques

Rien ne s’oppose à la nuit, de Delphine de Vigan

L’écriture ne peut rien. Tout au plus permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire.

C’est avec une très grande impatience que j’attendais l’occasion de lire ce roman, qui est l’un des gros succès de la rentrée littéraire, et dont il me semble n’avoir lu que du bien. J’avais déjà lu, de Delphine de Vigan, Les Jolis Garçons, qui m’avait fortement déconcertée, mais dont j’avais apprécié le style. Je partais donc avec un a priori plutôt favorable…

Un roman difficile à résumer. La narratrice, peu de temps après avoir trouvé sa mère morte chez elle, suicidée, sent comme une évidence qu’elle doit écrire. Ecrire sur cette femme, de son enfance marquée par le drame inaugural de la mort accidentelle de son petit frère Antonin à ses derniers jours. Ce que sa fille nous offre avec ce roman, c’est le portrait d’une femme tourmentée, dont le mal-être saute à la gorge, dont la vie a été hantée par les drames, les morts, les suicides, l’inceste peut-être, et la bipolarité. Ce qu’elle nous donne à lire, c’est Lucile, c’est sa Lucile.

Je commencerai mon avis personnel en disant que depuis mardi, je ne décolère pas contre les jurés du prix Goncourt qui ont évincé ce roman de leur sélection (et vont probablement, comme chaque année ou presque, primer un roman qui n’a pas le moindre intérêt… enfin attendons, mais j’ai peu d’espoir). Car ce roman c’est… une des choses les plus émouvantes et bouleversantes qu’il m’ait été donné de lire ces derniers temps. Ce qui m’a particulièrement fascinée, c’est la manière dont l’acte créateur de l’écriture est mis au centre de la réflexion, où la douleur et l’écriture se mêlent. Une écriture qui s’impose, et qui, à la fois échoue à trouver les réponses, et en même temps atteint son but que nous avons dans les mains, celui d’un roman, celui qui met des mots sur l’indicible et met de la cohérence là où il n’y en a pas. Ce qui m’a profondément marquée, c’est que je me suis sentie très proche de la narratrice, mais aussi et surtout de Lucile, dont les failles, les errances, les duleurs ont fait écho en moi. Je suis sortie de la lecture de ce roman en ayant l’impression d’avoir reçu un coup de poing, et ça, pour moi, c’est la marque d’un grand roman.

Alors moi, à Delphine de Vigan, je lui décerne quand même un prix, celui du coeur, parce que vraiment, elle le mérite.

Les avis de Clara, Lili, Littérature et chocolat, Sandrine, Mango, Géraldine, Leiloona, Sophie, Hérisson et bien d’autres…

Merci à Rémi et à Priceminister

Rien ne s’oppose à la nuit
Delphine DE VIGAN
Lattès, 2011

RL2011b

 Challenge 1% Rentrée Littéraire 2011 6/7
By Hérisson

3 comments on “Rien ne s’oppose à la nuit, de Delphine de Vigan

  1. Ping : D’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan | Cultur'elle

  2. Ping : Des vies d’oiseaux, de Véronique Ovaldé | Cultur'elle

  3. Ping : Les loyautés, de Delphine de Vigan

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :