Elle lit des nouvelles

Osons… vivre notre dernière heure

derniereheure

Lorsque je suis tombée sur ce recueils de nouvelles sur l’étal d’un bouquiniste, j’ai immédiatement pensé à Stephie et à son rendez-vous mensuel (c’est malin : maintenant dès que je vois un truc qui parle de sexe, je pense à elle…), et je me suis dit que ce serait parfait pour se mettre en jambes (hihi) à la rentrée. Bon, depuis j’ai trouvé des trucs bien plus honteux dans la bibliothèque de mon papa, j’ai de quoi faire jusqu’au mois de février, heinhein…

Ce recueil de nouvelles, donc, est construit sur un concept original : chaque histoire nous montre des personnages qui vont trouver la mort, d’une manière ou d’une autre, au moment où ils atteindront le paroxysme du plaisir sexuel. Une femme phobique des ascenseurs qui découvre le plaisir avec un inconnu dans une vieille cabine hors d’âge, une jeune mariée vierge qui trouve son mari dans les bras d’un homme, une bourgeoise qui fait une crise après avoir loupé son gâteau, un alpiniste voyeur, une vieille institutrice qui a marqué ses élèves par ses châtiments corporels…

Le principe est donc original, revisitant le motif du lien eros et thanatos. A part ça, rien de bien transcendant. Disons que comme tout recueil de nouvelles, tout cela est très inégal. Bien écrit, mais pas toujours très émoustillant. Surtout, le recueil a beau être récent, 2003, j’ai souvent eu l’impression de lire un truc écrit dans les années 50, et bof…

Je vous livre cependant l’avis d’un autre lecteur : j’ai acheté ce livre d’occasion, donc, et la personne à qui il appartenait a écrit ses impressions sur la première page, donc je vous livre ses impressions : « Heureusement ça change les choses et sans ces fantasmes la vie serait bien triste. La partie sexuelle c’est 90% du bonheur [ce n’est pas Monique qui dira le contraire, NDLR] et bien il faut le prendre et ne pas s’occuper de ceux qui n’aiment pas et les donneurs de leçon. J’ai choisi et tant pis pour le reste, c’est mon choix, je veux vivre. »

La Dernière Heure

Marie BOMAN

Editions Blanche, 2003 (Le Cercle Poche, 2008)

Elles ont osé aussi : Sandrine, Lasardine, Lancellau 

defistephie

By Stephie

 

0 comments on “Osons… vivre notre dernière heure

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :