Elle lit des romans

Personne n’y échappera

personnenyechappera

l’obscurité était parfaite, des murs d’arbres serrés se dressaient de part en part, et puis soudain une débauche de lumière jaillit, un disque éclatant posé au milieu de nulle part ! Il y avait là une bonne douzaine de voitures de la police d’Etat, des Crown Victoria gyrophares allumés, les projecteurs de la société de travaux publics déversaient un éclairage bleuté, d’énormes générateurs ronflaient et fumaient comme des bouches de métro, des rubans jaunes phosphorescents se balançaient sous le vent, un hélicoptère stationnait à basse altitude, plongeant son phare de poursuite sur les bois, et des flashes photo fusaient. Le chantier étaient à l’arrêt, aucun ouvrier n’occupait les lieux, pas de spectateur, ni de fourgon audiovisuel : que des flics et des experts scientifiques.

Une scène de crime dans ses premiers instants.

Je connaissais déjà Romain Sardou dans le registre du roman historique, avec Pardonnez nos offenses, et du conte, avec L’Arche de noël. Suite au rendez-vous de Pimprenelle proposant de découvrir cet auteur, j’avais très envie de le lire dans le registre thriller, d’autant que ce titre en particulier m’intriguait beaucoup.

Un mystérieux charnier est découvert sur un chantier : 24 corps ayant reçu une balle dans le coeur, sans qu’aucun signe ne permette de penser que les victimes se soient défendues. Victimes qui ne semblent avoir absolument aucun lien entre elles, sinon celui d’être in-identifiables à première vue. Dans le même temps, Frank Franklin arrive pour prendre son poste d’enseignant en création littéraire à l’université de Durrisdeer, non loin de la scène de crime. Une bien étrange université, très riche, qui fonctionne en autarcie…

Mon résumé s’arrêtera là car je ne veux pas prendre le risque de spoiler, ce serait vraiment dommage, car ce roman m’a littéralement scotchée, cueillie, stupéfaite. Car il est diablement efficace : dès les premières pages, on est pris dans l’engrenage et entraîné dans la lecture, on va de surprises en surprises proprement terrifiantes (oui, terrifiantes !) et on ne peut plus le lâcher. J’ai passé mon temps d’ailleurs à pousser des « oh ! », des « ah ! », des « c’est pas vrai ! » d’étonnement. La narration est maîtrisée à la perfection, et comble du bonheur, l’histoire est sous-tendue par une réflexion particulièrement riche et intéressante sur les liens entre la fiction, le réel, l’exactitude des faits, réflexion qui à mon sens donne une véritable épaisseur à ce thriller et le rend vraiment original. Je suis du coup très admirative du talent de Romain Sardou, qui, quel que soit le registre, semble faire mouche à chaque fois ! Je pense donc que c’est encore un auteur dont vous n’avez pas fini d’entendre parler ici !

Vous pouvez aller lire les avis de George (qui a aimé !!!!), Manu (qui est réservée), Mélo (qui a aimé mais sans plus) !

Personne n’y échappera

Romain SARDOU

Pocket 2007 (XO, 2006)

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

//

1 comment on “Personne n’y échappera

  1. Ping : Sauver Noël, de Romain Sardou – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :