Romans

Le symbole perdu, de Dan Brown


symboleperdu

Que ce soit pour demain ou pour plus tard, reprit Solomon, je trouve remarquable qu’au cours de l’histoire humaine toutes les religions, toutes les croyances fassent référence à cet évènement particulier : la venue de la grande illumination. Dans toutes les cultures, quelle que soit l’époque ou la région du globe, l’aspiration ultime des individus s’est portée sur un seul et même concept : l’apothéose de l’homme, la transformation de l’esprit humain qui révélera sa véritable puissance. (Un grand sourire anima son visage). Comment expliquer une telle synchronicité ? Qu’est-ce qui peut la justifier ?

Cela faisait bien longtemps que j’avais envie de lire ce roman, depuis sa sortie en fait. Mais pour une fois j’ai été raisonnable, et j’ai attendu qu’il sorte en poche. Là par contre, je n’ai pas tergiversé longtemps, et je me suis pour ainsi dire jetée dessus. Et je suis très bon public, parce que vraiment, les thrillers ésotériques, dont Dan Brown est un des représentants majeurs, j’adore ça.

Nous retrouvons donc dans ce roman notre ami Robert Langdon (que je ne peux pas m’empêcher d’imaginer comme quand même plus émoustillant que Tom Hanks), en route pour Washington où il doit donner une conférence au débotté. En effet, le matin même, le secrétaire de son plus vieil ami, Peter Solomon, un homme richissime et puissant, l’a appelé en urgence pour qu’il rende ce service. Quant au lieu de la conférence, ce n’est rien moins que le Capitole ! Seulement voilà : une fois sur place, Robert se rend compte qu’aucune conférence n’est prévue, et qu’on l’a manipulé. Ce qu’on attend de lui n’est pas un simple discours, mais bien de mettre au jour un des secrets les mieux gardés de l’histoire de l’humanité.

J’ai vraiment passé un très bon moment avec ce roman. Comme je l’ai dit, je suis, il est vrai, très bon public pour le genre, ce qui ne m’empêche pas une certaine distance critique. Mais là, nul besoin, car tout tient la route. Certes, ce n’est ni un traité historique ou scientifique ou ésotérique, c’est une fiction, un divertissement (je tiens à le préciser car certaines âmes chagrines ne peuvent s’empêcher de trouver des arguments scientifiques pour dire que non non, ce n’est pas crédible…. ahemmm, je le répète : nous sommes dans un roman). Mais un divertissement qui ouvre des portes à la curiosité du lecteur : j’ai lu, mon smartphone à mes côtés, ne cessant de chercher un renseignement ou un autre, une image des oeuvres évoquées. J’ai envie d’en savoir plus sur la noétique, la théorie de la convergence, l’accès aux connaissances extra-sensorielles, la grande vague spirituelle qui se déversera sur le monde (peut-être bien le 21 décembre 2012). Bref, vous l’aurez compris et je l’ai déjà dit, je suis très friande de tout ce qui est ésotérisme, occultisme tout ça, et Dan Brown a encore une fois fait mouche avec ce roman.

Le Symbole perdu
Dan BROWN
Lattès, 2010 (Livre de poche, 2011)

Une réflexion sur “Le symbole perdu, de Dan Brown

  1. Pingback: Inferno, de Ron Howard | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s