Elle lit des BD

Carnets d’Orient, le cimetière des Princesses

carnetsdorient

Comme vous ne le savez peut-être pas, j’ai fait ma thèse sur les voyages en Orient (voilà qui répond aux commentaires curieux de l’autre jour). Aussi, lorsque je suis tombée sur cette BD, je me suis dit que c’était tout à fait pour moi, et j’avais tout à fait raison.

La série des « Carnets d’Orient » évoque la présence française en Algérie, de la conquête en 1836 à l’indépendance. Nous avons ici le cinquième tome, et c’est ce qui m’a agacée : je ne connaissais pas du tout cette série, et je ne me suis pas rendue compte qu’il s’agissait ici du tome 5, parce que comme c’est le seul à être publié dans cette collection  scolaire Magnard, j’ai (bêtement) supposé que la logique voulant que l’on fasse les choses dans l’ordre, il s’agissait du début, mais point du tout. Alors, c’est vrai, on peut comprendre l’histoire sans avoir lu les autres tomes, mais c’est un peu dommage, surtout que l’album se termine en quenouille, suite au prochain tome… bref…

Ce tome aborde donc la période qui précède les débuts de l’insurrection. En mai 1854, Marianne est étudiante aux Beaux-Arts, pose nue pour un peintre afin de gagner de l’argent, s’amuse avec ses amis et a le béguin pour Sauveur, étudiant en médecine. Un jour, aux puces, le jeune homme lui offre les carnets de voyage d’un certain Joseph Constant, peintre orientaliste ayant voyagé à travers l’Algérie en 1836. Intriguée, fascinée, envoûtée, la jeune femme souhaite refaire le voyage sur les traces du peintre, à la recherche d’un secret qui sans doute la concerne.

Alors, mis à part ce problème de tomes, j’ai adoré cet album. Esthétiquement, il a l’allure d’un vrai carnet de voyage, les couleurs sont chaudes et lumineuses, vraiment, c’est esthétiquement un très bel objet. Du point de vue de l’intrigue évidemment j’ai tout de même un souci pour juger : on a le thème de l’art orientaliste qui ne pouvait que me plaire, mais du coup je suis restée sur ma faim, ne pouvant saisir tous les tenants et aboutissants de la quête de Marianne. Mais ce que j’en ai vu me plaît beaucoup, et il est plus que probable que je lise cette série en entier !

Carnets d’Orient – Le Cimetière des Princesses

Jacques FERRANDEZ

Magnard, 2009 (Casterman, 1995)

 Logo BD du mercredi de Mango 1

 Les autres participants sont chez Mango

0 comments on “Carnets d’Orient, le cimetière des Princesses

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :