Elle lit des romans

L’homme qui voulait être heureux

hommequivoulaitetreheureux

J’étais presque surpris de constater que mon rêve n’était pas démesuré. Je n’avais pas besoin de devenir milliardaire pour être heureux, ni d’être une rock-star ou un homme politique connu. Et pourtant, ce simple rêve et le bonheur qu’il contenait me semblait inaccessibles. J’en voulais presque au guérisseur de m’avoir entrouvert une porte sur ce qu’aurait pu être ma vie. Une porte qui, une fois refermée, me laisserait un goût amer en faisant apparaître au grand jour de ma conscience le décalage immense entre rêve et réalité.

Lorsque je suis tombée l’autre jour sur ce petit roman, j’ai été très intriguée par le titre. En effet, partant du principe que tout le monde veut être heureux, je voyais mal comment en faire un sujet de roman. D’un roman original, s’entend. Mais bon, poussée par la curiosité, je l’ai acheté, et lu assez rapidement car de fait, c’est très court.

Le narrateur (qui est enseignant, han han), en vacances à Bali, ne veut pas repartir avant d’avoir rencontré un certain maître Samtyang, un guérisseur de renommée internationale. En bonne santé, c’est mû par la curiosité qu’il consulte donc le vieil homme. Le diagnostic de ce dernier est sans appel : notre narrateur est malheureux. Le sage entreprend alors de lui montrer quelles sont les croyances qui, ancrées en lui, l’empêchent d’accéder au bonheur.

Alors soyons clairs : ce livre ne va pas révolutionner l’histoire de la littérature, ni d’ailleurs votre vie. Mais c’est une lecture agréable, un apologue qui met au jour tous les mantras du développement personnel : les croyances limitantes qui, ancrées en nous, dirigent notre vie. Les questions à se poser : qu’est-ce que je voudrais que ma vie soit ? Comment se construire une existence à la hauteur de ses rêves ? Qu’est-ce qui nous à fait suivre un chemin différent de celui que l’on aurait voulu suivre ? Tout cela est bien intéressant, mais malheureusement assez simpliste. S’il suffisait d’identifier ses rêves et de mettre tout en oeuvre pour les réaliser pour que ça marche, ça se saurait. Et ça ne marche pas, je peux en témoigner. Et surtout, ça ne marche pas si vite : là on a l’impression que le gourou a une baguette magique pour ouvrir les yeux des gens, et que hop ! Il lui suffit de leur expliquer comment fonctionnent les croyances limitantes pour qu’ils s’en défassent. Ben tiens, le chemin est plus long que ça, il ne suffit pas de les identifier pour s’en débarrasser. Donc tout cela va un peu vite. D’autant que nous quittons le narrateur avant qu’il ne rentre en France et donc mette ses projets de bonheur sur les rails, du coup nous ne savons pas comment tout cela va prendre forme… Donc une lecture assez plaisante malgré tout, notamment grâce à l’humour qui est très présent, mais sans plus…

Ce sera ma première lecture dans le cadre du « défi sérénité » d’Allie !

 defiserennite

 L’Homme qui voulait être heureux

Laurent GOUNELLE

Pocket, 2010 (Editions Anne Carrière, 2008)

2 comments on “L’homme qui voulait être heureux

  1. Je n’avais pas tilté sur l’absurdité même du titre avant de lire ton article : ben oui, qui ne voudrait pas être heureux? 😉

    Enfin bref, je suis comme toi, mitigée à propos de ce bouquin, bien que tu sembles lui trouver plus de qualités que je ne lui accorde.

    http://prieredinserer.wordpress.com/2013/09/10/lhomme-qui-voulait-etre-heureux-laurent-gounelle/

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :