Elle lit des romans

Le jeu de l’ange, de Carlos Ruiz Zafón

Un écrivain n’oublie jamais le moment où, pour la première fois, il a accepté un peu d’argent ou quelques éloges en échange d’une histoire. Il n’oublie jamais la première fois où il a senti dans ses veines le doux poison de la vanité et cru que si personne ne découvrait son absence de talent, son rêve de littérature pourrait lui procurer un toit sur la tête, un vrai repas chaque soir et ce qu’il désirait le plus au monde : son nom imprimé sur un misérable bout de papier qui, il en est sûr, vivra plus longtemps que lui. Un écrivain est condamné à se souvenir de ce moment, parce que, dès lors, il est perdu : son âme a un prix.

Je dois cette magnifique découverte au hasard : Djak en a parlé brièvement l’autre jour, et l’après-midi même je suis tombée dessus (il vient de sortir en poche) ! Il n’en fallait pas plus pour me pousser à le lire, ce que j’ai fait immédiatement et en un temps record, sacrifiant même mon sommeil pour connaître le fin mot de l’histoire !

Nous sommes à Barcelone, dans les années 20. David, le narrateur, travaille pour un journal médiocre, dans lequel il publie un roman-feuilleton qui jouit d’un certain succès populaire, mais ne l’enrichit guère, ni pécuniairement, ni en terme littéraire. Après une soirée étrange où il se retrouve dans une maison close en compagnie d’un des personnages qu’il a créé, il est engagé par un duo d’éditeurs pour écrire une série de romans populaires, et il s’installe dans une maison étrange, qui l’a toujours fasciné. Régulièrement, il reçoit des lettres d’un mystérieux éditeur parisien, dont le logo est un ange. Ce que cet homme lui propose, c’est l’oeuvre de sa vie : écrire une histoire si puissante qu’elle donnera naissance à une religion. Mais en acceptant, David signe peut-être bien un pacte avec le diable…

Et puis, il y a Cristina…

Alors évidemment, je suis totalement cueillie par ce roman. Tous les ingrédients sont là pour me plaire : du fantastique, une réflexion sur la création littéraire, des coïncidences troublantes, beaucoup de mystère, une pointe d’ésotérisme et d’occultisme, bref, tout pour que je sois totalement emportée par l’histoire. Du coup, en approfondissant la question, j’ai découvert que ce roman était en fait une suite, celle de L’Ombre du vent, que je lirai certainement très bientôt, mais en fait, comme chronologiquement les évènements se situent avant, cela ne gêne absolument pas la compréhension !

voisins1

 Les autres participants sont chez Kathell

4 comments on “Le jeu de l’ange, de Carlos Ruiz Zafón

  1. Ping : Le Prisonnier du ciel, de Carlos Ruiz Zafón | Cultur'elle

  2. Ping : L’Ombre du vent, de Carols Ruiz Zafón | Cultur'elle

  3. Ping : Marina, de Carlos Ruiz Zafón | Cultur'elle

  4. Ping : Le Prince de la brume, de Carlos Ruiz Zafón | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :