Elle lit des romans

Sous le charme de Lillian Dawes

lilliandawes.gif

Les gens ne sont pas des noix qu’on ouvre d’un coup. Apprendre à connaître quelqu’un est un plaisir à savourer, comme du chocolat. On ne peut pas l’avaler tout rond, il faut le laisser fondre lentement afin que le palais en goûte chaque infime nuance. De plus, la confiance se gagne.

Quel bonheur que cette lecture, une véritable bouffée d’air frais et de fantaisie. Je l’avais repéré sur quelques PAL (alors par contre je ne sais plus chez qui…) mais lorsque Géraldine de Café Mode en a parlé, j’ai définitivement su qu’il me le fallait. En fait, je pensais, du coup, que le livre allait parler de mode (et du coup il aurait pu faire une lecture pour mon défi « Read me, I’m fashion ») mais en fait, non. Mais je n’ai pas été déçue pour autant, loin de là !

A dix-sept ans, Gabriel, le narrateur, est renvoyé de son pensionnat et expédié chez son frère Spencer. Les deux frères, qui ont dix ans d’écart, apprennent à cette occasion à mieux se connaître, et Gabriel s’adapte très vite à la vie de bohème littéraire, où le dilettantisme est érigé en véritable art de vivre, que lui propose son aîné. Et puis, surgit dans leur vie Lillian Dawes, qui la changera à jamais.

Franchement, je le redis, ce livre est un véritable bonheur. C’est un roman d’initiation comme je les aime : le narrateur évolue beaucoup au contact de la jeune femme, il apprend sur la vie, les coïncidences ont un rôle d’ailleurs très important, ainsi que les livres et la littérature. Beaucoup de réflexions sont très justes sur la connaissance que nous pouvons avoir ou non des êtres qui nous entourent, et le personnage de Lillian le montre bien. D’abord parce que ce n’est pas son vrai nom, elle est pourvue de multiples identités, ce qui fait qu’on se pose beaucoup de questions. Elle est excentrique, un peu folle, elle sème le doute, c’est une mystérieuse qui entretient le mystère. Complexe et fascinante, elle enflamme l’imagination des hommes, c’est une sorte de fée, qui met de la magie et de l’enchantement dans la vie des autres. Mais c’est surtout la reine du trompe-l’oeil, au sens strict comme au sens figuré, car tout cela cache une grande fragilité. Bref, elle m’a beaucoup rappelé la Holly Golithtly de Breakfast at Tiffany’s, et il est évident à la lecture qu’il y a un lien d’intertextualité très fort entre les deux romans !

Bref, un roman que je conseille sans aucune restriction, car c’est un véritable coup de coeur !

0 comments on “Sous le charme de Lillian Dawes

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :