J’ai lu l’autre jour une nouvelle qui raconte l’histoire d’une jeune agrégée de lettres que l’on ne prend pas au sérieux simplement parce qu’elle attache un soin particulier à son apparence physique et se pare de ses plus beaux atours pour se rendre au travail. Comme si on ne pouvait pas être crédible chaussée d’escarpins vertigineux et d’un caraco en soie. Cette nouvelle m’a beaucoup frappée, parce que c’est un peu mon problème quotidien, cette histoire…

Le problème est que les gens cherchent toujours à mettre les autres dans des cases, et des cases simplistes : soit tu es belle, soit tu es intelligente, soit tu es futile et superficielle, soit tu es cultivée et brillante. Mais surtout pas les deux, c’est trop ! Alors comme lorsque tu arrives ce qu’on voit d’abord c’est ta tenue, on a vite fait de te classer dans la catégorie « dinde décérébrée » parce que tu portes un jean tendance et un décolleté, que tu es bien maquillée et que ton sac à main coûte un mois de loyer. A la limite même, on pense que vu ton salaire, tu t’es sans doute chopé un vieux plein de sous pour te le payer, vendant ton corps de rêve au démon du luxe (ne rigolez pas, cette anecdote est autobiographique !). On s’en fout finalement de tes études, de ton concours, de ta culture. On se dit que probablement, tu as eu ton agrégation et ton doctorat dans une pochette surprise, tu as peut-être même couché avec le jury, vu que non, ce n’est pas possible : on ne peut pas être intelligente et s’intéresser à la mode, non non, tu ne tiens pas ton rang (ça me rappelle une scène dans le film ô combien intellectuel Bimboland dans laquelle Depardieu reproche à Godrèche de ne plus s’habiller à la hauteur de son intellect. Il veut bien qu’elle s’habille en cagole lorsqu’elle lui fait croire qu’elle est Brigitte, sa cousine décérébrée, mais lorsqu’elle est elle-même, la doctorante, elle doit s’habiller en mormone. En fait, ce film est beaucoup plus profond qu’on ne le croit).

Alors que la mode est justement ton sujet de recherches, et que la question des apparences est beaucoup plus profonde et complexe que ce qu’on croit (j’y reviendrai, car la question me tient à coeur !)

Et pourquoi on ne pourrait pas être tout ? Pourquoi on n’aurait pas le droit d’aimer aussi bien feuilleter un magazine à scandale en buvant un cosmopolitain que disserter de Foucault (le philosophe, pas Jean-Pierre) et refaire le monde autour d’un verre avec des amis ? Faire du shopping dans les boutiques de luxe que visiter une exposition d’art moderne ? Buller devant une comédie romantique ou une série américaine que passer l’après-midi à la bibliothèque ? Passer la nuit en boîte qu’assister à une conférence ?

Alors oui, je suis désinvolte. J’ai l’air, en tout cas. Je semble préoccupée de choses légères et futiles, je suis un papillon voletant à droite à gauche sans approfondir  les choses. J’ai l’air. Mais ce qui semble n’être chez moi que de la superficialité est au contraire une grande exigence esthétique. Ma légèreté est d’une grande profondeur…

Je terminerai sur ces vers, l’Hymne à Isis, tiré des manuscrits gnostiques de Nag’Hammadi. C’est la Grande Déesse Mère, myrionyme et protéiforme, qui parle, exprimant la complexité de l’humain et de la femme en particulier. Le rapport n’est pas énorme avec les lignes qui précèdent, mais j’aime tellement ce texte qu’il fallait bien que je trouve une occasion de le citer :

Parce que je suis la première et la dernière.

Je suis l’honorée et l’abhorrée.

Je suis la prostituée et la sainte.

Je suis l’épouse et la vierge.

Je suis la mère et la fille.

Je suis les bras de ma mère.

Je suis la stérile et mes enfants sont innombrables.

Je suis la bien mariée et la célibataire.

Je suis celle qui donne le jour et celle qui n’a jamais procréé.

Je suis la consolation des douleurs de l’enfantement.

Je suis l’épouse et l’époux

Et c’est mon homme qui m’a créée.

Je suis la mère de mon père.

Je suis la soeur de mon mari

Et il est mon fils rejeté.

Respectez-moi toujours

Car je suis la scandaleuse et la magnifique.

1 comment on “Désinvolte, moi ? Bien sûr !

  1. Ping : De la mode comme objet culturel… « Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :