La prophétie des Andes

prophetiedesandes.gif

Le prêtre m’a affirmé que ce serait une sorte de renaissance de la conscience, une renaissance qui s’opérerait sur une certaine durée. Elle ne serait pas d’essence religieuse, mais spirituelle. Nous sommes en train de découvrir quelque chose de neuf sur la vie humaine, sur le sens de notre existence, et, selon le prêtre, cette découverte va changer profondément notre culture.

Je ne sais plus qui m’a conseillé ce roman, en me disant que moi qui aimait les thrillers ésotérique et qui était en ce moment très intéressée par tout ce qui touche à la spiritualité, je ne pouvais qu’apprécier. Après quelques recherches, je me suis dit que oui, effectivement, ça semblait correspondre à mes goûts et à mes aspirations du moment. Comme quoi, on peut se tromper…

Le narrateur reçoit un jour un appel d’une amie, qui revient du Pérou et qui lui fait part d’une découverte surprenante : celle d’un manuscrit vieux de plusieurs siècles, et qui pourrait bien changer la face du monde. Intrigué, il part à son tour dans les Andes sur la piste du texte et des révélations qu’il contient sur le sens de l’existence. Expérience dangereuses, car les autorités du pays n’ont aucune intention que ce manuscrit soit rendu public. Poursuivi par les soldats, souvent mis en danger, le narrateur se lance pourtant dans une étonnante quête spirituelle, découvrant une à une les révélations, par lui-même, en faisant confiance aux « coïncidences » qui mettent toujours la bonne personne au bon moment sur sa route. Et, peu à peu, se fait jour l’utopie du monde de demain…

Alors tout cela est bien alléchant, mais comme vous l’avez compris je n’ai pas vraiment adhéré. Alors déjà, littérairement parlant, ça ne casse pas trois pattes à un canard, ça manque de souffle et de rythme, mais je dirais que ce n’est pas bien grave car là n’est pas l’essentiel. En effet, le but du roman n’est pas de nous raconter une histoire, mais de nous « éveiller », spirituellement parlant. D’où une certaine lourdeur pédagogique à certains moments. Bon, pour être honnête, j’ai été assez séduite au début et certaines choses sont très intéressantes, et les révélations amènent à se poser de bonnes questions. Mais j’ai lâché à la huitième, et ceux qui l’ont lu et me connaissent comprendront tout de suite pourquoi : la huitième révélation parle des relations entre les gens, et notamment met en garde contre l’amour, qui serait un frein à l’évolution spirituelle. La bonne blague. L’auteur prend à rebours le mythe des âmes soeurs, dont vous savez combien il m’est cher… enfin, disons que je pense tout simplement qu’il ne l’a pas compris, puisqu’il réduit la passion amoureuse à une simple lutte de pouvoirs, alors que justement les âmes soeurs se complètent totalement sans déséquilibre. Du coup, pour moi, le roman et son « enseignement » tombent totalement à plat, et j’ai personnellement trouvé la fin grandiloquente et digne d’une superproduction hollywoodienne : je n’ai pas pu m’empêcher de penser à la série Stargate et à « l’Ascension » des Anciens (qu’auraient effectuée les Mayas, raison de leur disparition de la planète).

Bref, globalement, une perte de temps.

2 réponses sur « La prophétie des Andes »

  1. Ping: La première nuit « Cultur'elle

  2. Ping: 28 secondes en 2012, de Yann Yoro | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.