Elle lit des romans

La maison des lumières

maisondeslumieres

Ce tableau, c’est ta maison intérieure. Mais tu ne la connais pas. Explore chaque recoin, de la cave au grenier, aie le courage de regarder en face ce que tu n’aimes pas, ce que tu ne veux plus, de changer les meubles, de refaire les pièces… Cette maison, c’est toi. Mais tant que tu ne l’habites pas vraiment, tu ne peux pas me donner les clés, et on ne pourra pas être ensemble : je ne ferai partie que de tes fantasmes. Et de tes peurs. Tant qu’on n’a pas évacué la peur, on reste figé dans le passé. Et on empêche nos rêves de construire un avenir. Ce n’est pas un hasard si je t’ai fait aimer cette toile.

Didier Van Cauwelaert fait depuis longtemps partie de mes écrivains contemporains favoris et j’ai presque tout lu de ce qu’il a écrit. Mais faute de temps, et aussi parce que j’avais été un peu déçue par L’Evangile de Jimmy, j’avais laissé échapper cette petite pépite, qui m’a transportée mais m’a aussi donné matière à réfléchir.

Jérémy Rex, ancien enfant star reconverti en boulanger au chômage, a perdu celle qu’il aime : Candice, la femme de sa vie, se refuse désormais à lui, ayant accompli une sorte de mutation intérieure dans laquelle il ne l’a pas suivie. Aussi, c’est seul qu’il effectue le voyage à Venise qu’il a gagné, et c’est seul qu’il se rend au musée Guggenheim pour admirer le tableau préféré de sa bien-aimée, L’Empire des lumières de Magritte. Alors qu’il contemple l’oeuvre et la maison qu’elle représente, il y est aspiré et pendant quelques minutes l’occupante de la demeure lui permet de revivre ses premiers ébats avec Candice. A-t-il vraiment vécu une expérience paranormale ? N’était-ce qu’une hallucination due à sa Near Death Experience ? Toujours est-il qu’à partir de ce moment, Jérémy n’aura de cesse de trouver le moyen de revenir à l’intérieur du tableau pour revivre ce moment, et percer le mystère qui l’entoure. Et ce voyage dans le tableau, c’est aussi un voyage intérieur, un cheminement spirituel qui lui permettra peut-être de retrouver la femme qu’il aime.

J’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé. Pourtant, ce n’est pas ce à quoi je m’attendais puisque j’imaginais une histoire d’amour fantastico-ésotérique, des âmes soeurs et des vies antérieures à redécouvrir, alors que pas du tout, mais je n’ai pas été déçue pour autant, au contraire, parce que du coup l’histoire y gagne en originalité et en force. D’ailleurs, je remarque que ce roman a beaucoup de points communs avec les précédents que j’avais aimés : le talent de Van Cauwelaert, c’est de nous donner à voir des héros qui évoluent positivement et gagnent en richesse intérieure au cours de l’histoire, et j’ai l’impression que ses romans, en cela, ne sont pas du pur divertissement : il me semble qu’il y a, tout de même, un sens à trouver, même si on peut aussi lire sans le chercher. Un seul regret (mais c’est souvent la réflexion que je me faits avec cet auteur) : ça se lit beaucoup trop rapidement !

0 comments on “La maison des lumières

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :