Elle est une (vraie) fille Elle lit des nouvelles

Ce que les hommes ne savent pas

cequeleshommes.jpg

S’il reste quelque chose de neuf à écrire sur le sexe, c’est nous, les femmes, qui pouvons l’écrire. Car nous seules pouvons parler de ce qui n’a pas été dit, de ce qui n’a pas été raconté. De ce que les hommes ne savent pas.

Je pense que le titre de ce livre doit vous intriguer autant que moi lorsque je suis tombée dessus par hasard : mais qu’est-ce donc que les hommes ne savent pas (à part comment fonctionne l’aspirateur) ? Et je dois vous avouer qu’après lecture, je ne suis pas plus avancée, et je n’ai toujours pas la réponse à cette interrogation hautement existentielle. Bon, disons le franchement dès le départ : je me suis doublement fourvoyée en achetant ce livre. D’abord parce que j’avais mal lu la couverture et que je croyais avoir affaire à un recueil de nouvelles de Lucia Etxebarria, et qu’en fait il s’agit de nouvelles écrites par des jeunes écrivaines espagnoles. Mais en outre, pour avoir lu et aimé Amour, Prozac et autres curiosités (que je vais relire du coup), je m’attendais à des petites histoires de célibataires urbaines du type Sex and the city. Remarquez, je n’étais pas si loin du compte : il y a du sexe, et il y a une city, Madrid en l’occurrence. Mais… bon, voilà : je me suis retrouvée avec entre les mains un recueil de nouvelles érotiques (ou du moins qui se veulent telles, on y reviendra). Mais me connaissant, vous vous doutez bien qu’il en fallait plus pour me décourager, et me voilà partie dans ma lecture.

Le recueil s’ouvre sur une préface de Lucia Etxebarria où elle explique la différence entre l’érotisme féminin et l’érotisme masculin, et la prise de possession par les femmes du territoire de la littérature érotique, où il s’agit pour elles de mettre en scène le plaisir féminin. Suivent onze nouvelles supposées illustrer cette prise de possession : nouvelles inégales, on va dire, mais de manière générale je dirai qu’en les lisant j’avais franchement l’impression d’avoir un cerveau d’homme. Oui parce qu’entre la mise en scène de rapports sexuels entre femmes qui, je dois l’avouer, ne m’excitent pas du tout (mais c’est personnel…), les nouvelles que je n’ai pas comprises et celles où je n’ai absolument pas vu l’érotisme, je suis restée froide comme du marbre. Enfin le recueil se clôt sur un nouveau texte d’Etxebarria, fort intéressant d’ailleurs, sur la magie et l’ésotérisme. D’ailleurs, j’ai bien l’impression que dans ce recueil le paratexte est plus intéressant que le texte lui-même.

Bref, une grosse déception, que l’on ne peut même pas imputer à mon manque de pratique du genre érotique, puisque ce n’est pas la première fois que j’en lis. Mais le livre manque sa cible. Ou alors je n’ai pas compris. Ou alors je suis effectivement un homme ! Toujours est-il que du coup, je ne sais toujours pas ce que les hommes ne savent pas… 

 

0 comments on “Ce que les hommes ne savent pas

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :