une-seconde-chance-patrick-cauvin

Mais ça, ce qui m’est arrivé, c’est autre chose et je ne peux pas faire autrement que de le raconter. Je ne sais pourquoi mais ça me paraît impossible : si je ne l’écris pas j’étouffe.

Lorsque Kalistina a parlé de ce roman il y a quelques temps, je n’ai pas pu résister bien longtemps à son attraction, et je me suis donc pour ainsi dire jetée dessus, séduite par le concept d’histoire d’amour  « fantastico-ésotérique ». J’avais laissé Cauvin à E=MC2 mon amour, ce qui ne nous rajeunit pas, vu que j’étais alors en 5ème. Je ne vous dirai pas le nombre d’années que cela fait, donc, par pure coquetterie féminine.

J’ai, globalement, apprécié cette lecture et passé un agréable moment en compagnie de Zéphyrin, un adolescent de 15 ans à qui il arrive une histoire tellement incroyable qu’il ne peut pas s’empêcher de la coucher dans son journal : au cours d’une visite au Louvre, initiée par son professeur d’Arts plastiques, il s’échappe du groupe pour aller musarder du côté des peintres flamands, et tombe en pâmoison devant le portrait d’une jeune fille de son âge, Elisabeth D, exécuté par un peintre du nom de Jacob Van de Johnen, au XVIIème siècle. Et là n’est pas le plus étrange : ce qui l’est, c’est que lorsqu’il se réveille de sa torpeur amoureuse, Zéphyrin est blessé au bras. Un coup de couteau qui n’a pu être fait par un détraqué qui aurait voulu faire un coup d’éclat, vu que ni son blouson ni son pull ne portent de trace. A partir de là, l’adolescent n’aura de cesse d’éclaircir le mystère…

Tous les ingrédients sont là, et pourtant je suis restée un peu sur ma faim. Plusieurs choses m’ont gênée. D’abord, je trouve que le sujet de départ, très très intéressant, aurait mérité d’être creusé plus profondément : cela va beaucoup trop vite vers la résolution finale, le thème est donc survolé, d’autant que le journal de Zéphyrin contient beaucoup de digressions, dont il s’excuse mais qui sont pénibles à la longue. Et cette question nous mène à ma deuxième réserve : le fait que les héros soient des adolescents, je trouve que cela rend impossibles beaucoup d’éventualités de développement de l’intrigue, j’aurais aimé plus de voyages, pourquoi pas un vrai méchant qui empêche les deux êtres de se retrouver ou en tout cas s’y emploie ; et puis le concept de journal intime agrave le problème, à mon sens, d’autant que du coup le texte est truffé de tics langagiers adolescents qui ont tendance à m’agacer, et une certaine désinvolture aussi. Et enfin, dernière réserve et non des moindres : l’explication rationnelle donnée à ce retour des deux personnages dans le temps. Je suppose que l’auteur a voulu être original et ne pas tomber justement dans l’ésotérique et le spirituel, avec l’idée des âmes soeurs, du karma etc., mais  moi c’est ce que j’attendais, et je trouve que la rationnalisation enlève au final une grande part de poésie à l’histoire. Disons que je trouve le mythe des âmes soeurs, qui se retrouvent sur terre de vie en vie parce qu’elles ne veulent pas être séparées, tellement porteur de sens que je trouve dommage d’essayer de trouver une explication scientifique à la « seconde chance » (explication que du reste mon pauvre cerveau de littéraire n’a pas bien saisi).

Bref, une lecture pas du tout désagréable, au contraire, mais pas un coup de coeur non plus, parce que finalement je n’y ai pas trouvé ce que j’attendais… Je vais donc aller musarder du côté du roman de Didier Van Cauwelaert sur le même thème, ayant déjà lu et adoré La Prochaine fois de Marc Lévy.

 

1 comment on “Une seconde chance

  1. Ping : La première nuit « Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :