Elle lit des nouvelles

Une nuit de Cléopâtre

cleo.jpg

Cléopâtre est avec la Reine de Saba une des figures mythiques qui me fascinent le plus. Du reste, elles ont de nombreux points communs. Et parmi tous les récits qui mettent en scène la reine égyptienne, grande séductrice devant l’éternelle, celui de Gautier me plaît particulièrement.

L’argument est un peu le même que celui du russe Pouchkine dans Les Nuits Egyptienne, l’idée elle-même datant d’un pseudo Aurelius Victor qui, dans son Liber de Viris Illustribus Urbis Romae a écrit que Cléopâtre faisait payer de leur vie les hommes qui avaient la chance de passer une nuit avec elle. Propagande augustéenne que tout cela : si Cléopâtre est devenue une femme fatale dans l’imaginaire, c’est en effet à cause des « vils baladins » comme elle les appelle dans la pièce de Shakespeare, inféodés à l’empereur Auguste, pour qui elle incarnait la puissance séductrice d’un Orient menaçant pour la virtus romaine.

Mais revenons à Gautier. Malgré le point de départ cancanesque de son récit, on sent une grande tendresse pour le personnage, qui se meurt d’ennui dans une Egypte peuplée de momies. Elle est, pour lui, la quintessence du féminin, et malgré le risque encouru, nul doute que si elle le lui avait proposé, il aurait accepté de mourir pour une nuit avec Cléopâtre : « Sur cet étrange oreiller reposait une tête bien charmante, dont un regard  fit perdre la moitié du monde, une tête adorée et divine, la femme la plus complète qui ait jamais existé, la plus femme et la plus reine, un type admirable, auquel les poètes n’ont pu rien ajouter, et que les songeurs trouvent toujours au bout de leurs rêves : il n’est pas besoin de nommer Cléopâtre. »

C’est un récit qui se lit très très vite. Donc que l’on peut relire à satiété, et je le fais souvent. Ce que j’aime, c’est qu’on a là tout le mythe, et Gautier a conscience d’ailleurs d’être dans le stéréotype : il la représente dans son bain, évoque l’histoire de la boisson avec les perles fondues… mais c’est ça qui est magique : malgré la distance, on a réellement l’impression d’atteindre l’essence de ce personnage ô combien mystérieux !

//

1 comment on “Une nuit de Cléopâtre

  1. Ping : Le mythe de Cléopâtre, à la Pinacothèque | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :